Le Palais d’El-Mouradia peine à consommer son immense budget qui se chiffre à plus de 80 millions d’euros. En effet, en 2015, la Présidence de la République a consommé uniquement 66 % du budget qui lui a été alloué par l’Etat. 

Sur les 8,5 milliards de Da, le Palais d’El-Mouradia a consommé à peine seulement 5,6 milliards de Da. C’est dire que 2,8 milliards de Da n’ont pas été dépensés au cours de cet exercice budgétaire, soit l’équivalent de près de 25 millions d’euros. Selon plusieurs sources concordantes, ce taux élevé de budgets non-consommés s’explique par la faiblesse des activités présidentielles.

Affaibli et malade, le Chef de l’Etat ne fait presque aucun déplacement ni visite de travail sauf dans certaines occasions qui se comptent sur les bouts du doigt. L’Algérie est un régime présidentiel très fort et tout repose sur les “épaules” d’un Président de la République. Presque toutes les dépenses sont liées donc à son agenda.

Il faut savoir, par ailleurs, que tout cet qui n’a pas été dépensé revient dans les caisse du Trésor Public. Ceci dit, ces indications démontrent que le budget de la Présidence de la République en Algérie est très élevé par rapport à ses besoins réels. Avec l’équivalent de plus de 80 millions d’euros, le budget du Palais d’El-Mouradia s’approche du coût annuel du budget de l’Élysée, la Présidence française, évalué à près de 100 millions d’euros.

Cependant, le budget de notre Présidence de la République dépasse celui dont bénéficie la famille royale britannique qui est évalué à 65,3 millions euros ! Une révision budgétaire urgente s’impose car il y a certainement d’autres institutions et structures qui ont nettement plus besoin de tout cet argent en Algérie.