Nous avions dénoncé il y a quelques semaines, sur les colonnes de notre journal, la gestion opaque par l’actuel PDG du port de Mostaganem, désigné en février 2016, de deux concessions, dont une avait bénéficié au fils de l’ex patron du FLN Mr Amar Saidani.

Rappelons qu’il s’agissait d’une concession attribuée à l’entreprise EURL KAYZER LOCATION pour une superficie de 2100 M2 et de la concession attribuée à l’entreprise SARL KEOPS CIMENT pour une superficie de 5697 M2 en Juin 2016. Les bénéficiaires de ces concessions n’ont jamais commencé leurs travaux et n’ont, jusqu’à présent, payés aucune de leurs factures.

Un état global inquiétant au niveau du port de Mostaganem

Lors de nos dernières investigations, nous avons été frappés par l’état global de l’entreprise portuaire comme témoignent les photos suivantes, et qui font part d’un laisser-aller sans précédent faisant ressortir le manque de conscience du management.

En plus de nuire à l’image du pays, la mauvaise gestion caractérisée au port de Mostaganem a un terrible impact sur la qualité des prestations portuaires.

Cet état de délabrement avancé et ces négligences doivent mener le Ministre des transports et le Premier Ministre Mr Ouyahia, en sa qualité de chef du gouvernement, à une certaine réflexion sur l’orientation du budget de l’entreprise et sa hiérarchisation en fonction de la priorité et de l’urgence des actions à entamer, ainsi que du rôle réel du responsable du Groupe Serport : Mr Hafiane.

En poursuivant notre enquête, nous avons été hélas encore une fois étonnés de constater des faits bien plus graves.

De troublants changements de tarification

Les employés du Port de Mostaganem, avec lesquels nous savons pu discuter, ont unanimement dénoncé le comportement particulièrement scandaleux et outrageant du PDG, ayant fait suite aux pressions, menaces et injures formulées et exercées à l’encontre du personnel du service facturation, en vue de les contraindre à modifier les états de facturation du mois de juin et de juillet 2017 en faveur de la compagnie maritime espagnole BALEARIA.

Chronologie des faits.

En date du 14/08/2017, la Direction de l’Exploitation Commerciale (DEC) a été destinatrice d’une note interne référencée 1199/DG/2017 émanant de la Direction Générale.

Dans cette correspondance, il a été demandé à la DEC de procéder, dans les plus brefs délais, à la réduction de 50% sur les prestations d’assistance à l’amarrage, au larguage des navires lors de leur arrivée, départ ou également de leur mouvement, pour les mois de juin et de juillet au profit de la compagnie maritime BALEARIA.

Cette même note indiquait que la décision de réduction du montant des prestations à facturer était adossée à une convention non encore signée, et cela alors que le chiffre d’affaires du Port de Mostaganem pour le mois de juin avait déjà été déclaré.

Trois jours après, soit le 17/08/2017, le service facturation a été destinataire de la part de la Direction Générale d’un cahier des tarifs portant une modification sur les tarifs de remorquage inscrite à la page 11 de ce cahier et indiquant :

Tarif Général : 0,106 Dollars US/M3

Car-ferry       : 0,0776 Dollars US/M3

En date du 22/08/2017, le service facturation a été de nouveau destinataire de la part de la Direction Générale, d’un autre cahier des tarifs portant cette fois-ci à sa page 02 une mention indiquant : « Pour les cars ferries, les anciens barèmes restent en vigueur », le bordereau d’envoi n’a été transmis que le lendemain…

Devant la grande confusion des envois susvisés, le service facturation a refusé l’application des cahiers des tarifs envoyés au motif que tous ces envois ne font nullement référence à la résolution d’approbation par le Conseil d’Administration de l’Entreprise des cahiers des tarifs en question ni à leur déclaration auprès de la Direction de la Concurrence et des Prix (DCP) conformément au Décret Exécutif N° 95-119 du 26 Avril 1995 portant classification des biens et services soumis au régime des prix règlementés.

 Nous avons pu nous assurer, par ailleurs, que le dernier cahier des tarifs, en vigueur au niveau de l’entreprise depuis le 02 Mai 2017, avait été approuvé par le Conseil d’Administration de l’Entreprise en date du 05 Mars 2017 et déclaré au niveau de la Direction de la Concurrence et des Prix le 11 Avril 2017 par envoi référencé 145/HB/DEC/BOG/620 conformément au décret susmentionné.

Devant le refus de l’équipe de facturation de procéder à un quelconque changement des tarifs, le PDG s’est rendu à plusieurs reprise au niveau du service facturation, pour espérer un fléchissement de l’attitude des employés.

Devant leur refus, le PDG Mr Bouledjouidja, a selon les mêmes témoignages, proféré des insultes et des injures à l’encontre de son personnel tout en les menaçant de sanctions pouvant aller au licenciement…

En date du 27/08/2017, le Département Commercial a été destinataire d’une note interne référencée 288/KDS/BA/DEC/17 émanant du Directeur de l’Exploitation commerciale par intérim.

Ce dernier demandait l’application, dans les plus brefs délais, des instructions du PDG au sujet de l’établissement des factures des car-ferries.

La facturation, selon cette dernière note, devait prendre en considération les tarifs de …2011 et ce, conformément au procès-verbal du Conseil d’Administration N° 142 du 16 juillet 2017 !

Si ces tarifs ont été approuvés par le Conseil d’Administration de l’Entreprise le 16 Juillet 2017, comment expliquer l’existence et l’envoi de deux versions des cahiers des tarifs avec deux mentions différentes ?

Et qu’en est-il de leur déclaration auprès de la Direction de la Concurrence et des Prix (DCP) conformément au Décret Exécutif N° 95-119 du 26 Avril 1995 ?

Une décision qui prive l’Algérie d’une substantielle rentrée en devises sans que cela ne semble alerter les services d’inspection du Ministre Zaalane !

Vu la baisse spectaculaire du chiffre d’affaires de l’entreprise portuaire de Mostaganem et de ses médiocres résultats, quelle est l’opportunité et l’intérêt de telles réductions ?

Mr Bouledjouidja, en votre qualité de PDG du port de Mostaganem, pourquoi ce favoritisme à l’endroit de la seule compagnie BALEARIA ?

Que cela soit au gouvernement, à l’Assemblée Nationale, à la Wilaya… ou dans toute autre instance de contrôle, sait-on vraiment ce qui se passe dans l’entreprise publique du port de Mostaganem ?