Des logements et des terrains gérés de manière très inquiétante car l’opacité qui entoure ces biens de la CNAS soulève de nombreuses interrogations. Ainsi, Algérie Part a appris au cours de ses investigations que la CNAS possède officiellement 1330 logements. Or, plusieurs de ces biens ont été transformés en propriétés privées ! D’autres ont été détournés par des hauts responsables de la CNAS. Nous avons recensé jusque-là 2 villas et 5 appartements F4 qui auraient été détournés par des dirigeants de cet organisme public. Nous poursuivons toujours nos investigations. Les deux villas se situent à Constantine : la première à Belle Vue et la deuxième à la Rue Chettab Ali. Quant aux autres 4 appartements, ils se trouvent tous à Alger.
La CNAS possède, par ailleurs, pas moins de 1048 infrastructures immobilières dont 401 seulement disposent de tous les actes administratifs légaux. Les autres biens demeurent sans assainissement et en voie de disparition suspecte. D’autre part, sur les 131 assiettes foncières que possède la CNAS, seulement 61 sont régularisées et les autres terrain connaissent un sort opaque dont personne n’arrive à élucider.
La CNAS est enfin propriétaire de plusieurs biens immobiliers en France. Il s’agit de deux maisons à Paris, une autre propriété à Strasbourg et une dernière à Marseille. Là aussi, il n’y a aucune transparence dans la gestion de ces biens qui peuvent procurer des précieuses devises à la CNAS. Algérie Part reviendra sur ce dossier avec de nouvelles révélations.