Après deux semaines de report, le gouvernement a adopté, jeudi, la nouvelle mouture de la loi de Finances complémentaire pour 2018. Et contrairement à ce qui a été écrit, les taxes annoncées sur certains produits n’ont pas été revues à la baisse. Bien au contraire.

Selon l’avant-projet de la Loi de Finances complémentaire, le coût des timbres nécessaires pour l’obtention d’un permis de conduire, d’une carte grise, d’une carte d’identité biométrique ou du passeport vont sensiblement augmenter. Ainsi, obtenir ou renouveler le permis de conduire vaudra 15000 DA pour les véhicules légers et 30000 pour les poids lourds. La carte grise coûtera entre 10 000 et 20 000 Da selon la puissance du moteur. Seuls les tracteurs agricoles sont un peu épargnés puisque leur carte grise sera cédée à 10 000 DA.

La quittance du passeport biométrique augmentera de 4000 DA et coûtera désormais 10 000 DA au lieu des 6000 actuellement. Les passeports de 48 pages coûteront 50 000 Da tandis que se faire délivrer un passeport accéléré vous coûtera entre 30 000 Da et 150 000 DA. La carte d’identité biométrique, qui coûte actuellement 100 DA, reviendra à 2500 à l’avenir.

Autre taxe instaurée par la Loi de Finances complémentaire pour 2018, la TVA sur les véhicules neufs « montés » en Algérie est fixée à seulement 9%, donc réduite. La taxe sur la valeur ajoutée imposée aux autres produits est de 19%.

Le seul article prévu dans la mouture initiale qui n’a pas été reconduit dans le nouveau projet concerne les concessions agricoles. Les étrangers n’auront pas le droit d’exploiter des terres agricoles relevant de la propriété publique.

Le projet de loi sera soumis au Conseil des ministres dans les prochains jours.