De nouvelles conditions et mesures viennent d’être imposées aux demandeurs algériens du visa Schengen. Sur le site internet du prestataire de services BLS International, un organisme chargé de la collecte des dossiers des demandeurs de visas pour l’Espagne, il est indiqué, désormais, que le jour du rendez-vous, les demandeurs algériens doivent fournir une facture de la compagnie de téléphone, afin de vérifier que le numéro de téléphone qui y figure correspond au numéro à partir duquel le rendez-vous a été demandé.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les fraudeurs qui détournent les rendez-vous pour le dépôt des dossiers de demandes de visas Schengen. “Une fois au centre, tous les appelants doivent présenter un contrat de téléphone le jours de leurs dépôt”, souligne la même source selon laquelle le numéro de téléphone sur le contrat doit “correspondre au numéro utilisé durant l’appel pour la prise du RDV”.

L’Espagne a fixé une autre condition draconienne aux algériens. Dorénavant, “tous les demandeurs doivent avoir obtenu, au moins, un visa Schengen délivré par l’Espagne au cours des deux dernières années. Peu importe la durée du visa précédent” !

“Aucun autre visa d’un autre membre de l’espace Schengen n’est accepté”, précise-t-on encore sur le site internet de BLS International. Les autorités espagnoles ont poussé la sévérité jusqu’à exiger que la durée du visa obtenu auparavant ne doit pas être inférieure à une durée minimale de 1 année.

Avec ces nouvelles mesures, il sera vraiment dur, très dur d’obtenir le visa pour l’Espagne en Algérie. Décidément, les voyageurs algériens ne sont plus les bienvenus sur le territoire espagnol.