Les employés d’Air Algérie sont en colère. En pleine crise financière et au moment où la compagnie nationale est déficitaire et peine à s’en sortir pour honorer ses dettes, un haut responsable d’Air Algérie s’offre dans des conditions suspectes de nombreux voyages en Europe aux frais de la princesse.

Algérie Part a obtenu effectivement un document exclusif qui relate les faits de cette affaire qui a éclaté au sein de la Direction des Systèmes d’Information (D.S.I) d’Air Algérie. Le secrétaire général du Conseil Syndical UGTA de la D.S.I d’Air Algérie a dénoncé ouvertement dans cette correspondance obtenue par nos soins les “nombreuses missions vers l’Europe (Paris, Marseille, Madrid, Bruxelles)” effectuées par le  premier responsable de la D.S.I de la compagnie battant pavillon national. Ces “missions génératrices de frais de mission en forte monnaie”, à savoir des euros,  ne sont pas justifiées, déplore ce représentant syndical selon lequel le D.S.I d’Air Algérie est accompagné à chacun de ses voyages par “une doublure dont le profil est bien adapté”.

Les responsables de la section syndicale de l’UGTA ne précisent nullement le fond de leur pensée concernant cette étrange “doublure” qui fait partie des voyages suspects de ce haut responsable d’Air Algérie. Ceci dit, ces syndicalistes signent et persistent : ces missions successives en Europe ne correspondent ni aux compétences du premier responsable de la D.S.I ni aux besoins actuels de la compagnie aérienne nationale.

En ces moments de difficultés financières que traverse Air Algérie, le train de vie de ce haut responsable soulève de nombreux soupçons et pose avec acuité la question du coût des privilèges dont jouissent certaines personnalités haut placées. La direction générale d’Air Algérie est invitée à fournir des explications dans les plus brefs délais.