Rachid Cheloufi est un Algérien heureux. Le fils du défunt général Mustapha Cheloufi, ancien commandant de la Gendarmerie nationale et secrétaire général du ministère de la Défense nationale (MDN), est un véritable jet-setteur totalement méconnu en Algérie.

Mais dans les quartiers huppés des villes européennes les plus chics, Rachid Cheloufi est une personnalité réputée pour ses goûts de luxe. Après avoir vécu en Allemagne et Paris en France, Rachid Cheloufi, qui travaillait comme un mystérieux consultant auprès de plusieurs multinationales qui veulent opérer en Algérie, a entretenu un mode de vie d’une impressionnante aisance à Genève en Suisse.

Algérie Part a obtenu un document exclusif qui illustre cette incroyable aisance qui soulève de nombreuses questions sur le parcours et les privilèges obtenus par le fils de ce haut gradé de l’armée algérienne. Ce bail à loyer obtenu au cours de nos investigations démontrent que le fils du défunt général Mustapha Cheloufi s’est offert entre 2012 et 2014, une luxueuse villa de deux étages située à Hermance, l’une des quartiers les plus chics de Genève, la ville suisse réputée pour abriter les milliardaires les plus fortunés dans le monde.

Le prix du loyer mensuel de cette habitation avoisinait les 18 mille euros par mois, c’est-à-dire l’équivalent de 22 mille francs suisses ! Une énorme fortune que le fils du général Cheloufi n’a pas hésité à dépenser pour vivre comme un prince à Genève. 10 pièces, une piscine, deux étages, cette villa offre un cadre de vie féerique.

Mais d’où provenait toute cette fortune du fils d’un simple général de l’armée algérienne ? Cette question a hanté durant des années les expatriés algériens à Genève. Selon nos investigations, Rachid Cheloufi a frappé un grand coup lorsqu’il avait fait du lobbying en faveur des sud-coréens de la société Samsung Engineering qu avait décroché 11 mai 2009 le contrat de la réhabilitation et rénovation de la raffinerie de Skikda. Il s’agissait d’un marché de près de 2 milliards de dollars.

Selon nos recherches, Rachid Cheloufi avait fait jouer le réseau de connaissances de son père qui fut pendant longtemps l’un des plus influents des 48 sénateurs du tiers présidentiel. Il avait également assumé pendant des années la présidence de la commission défense de la Chambre haute. Grâce à toutes ces interventions, Samsung Engineering a obtenu un très juteux contrat en Algérie et Rachid Cheloufi avait empoché au passage une commission évaluée par de multiples sources à… 28 millions de dollars. Algérie Part poursuit ses investigations sur ce dossier et publiera bientôt une enquête qui comportera de nouvelles révélations.

 Signalons en dernier lieu que le général Mustapha Cheloufi est décédé le 16 mai 2016 à l’hôpital militaire Mohamed-Seghir Nekkache à Alger à l’âge de 86 ans des suites d’une longue maladie.