Suite à la réunion de la commission des marchés de l’entreprise en charge du projet de l’extension du marché de la nouvelle aérogare d’Alger en 2015, la SGSIA a donné son accord à la société chinoise CSCEC, pour le choix du sous-traitant en charge des travaux électromécaniques, plus particulièrement du lot électricité courants faibles pour le ‘’Terminal Ouest’’.

Quelques mois après le lancement des travaux de la nouvelle aérogare, une grande entreprise algérienne avait fourni des groupes électrogènes pour ce projet mais n’avait pas été payée dans les temps.

Le responsable de cette entreprise, après avoir relancé les différents donneurs d’ordres et épuisé toutes voies de recours, a tout simplement décidé de déposer plainte contre la SGSIA.

Seulement, lors de sa rencontre avec le responsable de la SGSIA, ce dernier, même s’il lui apporte son soutien, informe l’entrepreneur que la SGSIA n’est en rien responsable du non-paiement des groupes de secours électriques fournis à un sous-traitant.

Pour preuve de bonne foi, il promet de lui remettre le document qui prouve que c’est la société COBRA qui est le sous-traitant retenu et qu’à ce titre c’est vers eux qu’il doit se retourner afin de se faire payer.

Le responsable de la SGSIA demande alors à Amine Kheider, Directeur du projet aérogare ouest, de lui remettre le document désignant COBRA comme prestataire choisi pour ce lot électrique.

Ce document officiel signé par Amine Kheider, que nous nous sommes procuré, ne cite pas uniquement l’entreprise espagnole COBRA retenue de manière officielle à travers une commission des marchés pour ce fameux lot, mais également une entreprise italienne : la société SAIV…

 

Selon les informations que nous avons pu recouper à travers nos investigations, la société SAIV n’aurait jamais apparu dans le PV de la commission des marchés.

‘’Ne voulant certainement pas se discréditer vis-à-vis de sa hiérarchie par rapport à un document manifestement et préalablement falsifié, Mr Kheider a effacé le nom de SAIV dans le document demandé et l’a remis à sa hiérarchie’’ nous apprend une source interne.

Ce document qu’aurait, selon cette même source, modifié Amine Kheider, aurait ainsi été remis à l’entrepreneur qui n’avait pas été payé afin de déposer plainte à la justice.

Pourquoi donc Amine Kheider aurait-il introduit le nom de la société SAIV dans une attestation officielle sans l’aval de la commission des marchés ?

La hiérarchie de la SGSIA et le Ministère du Transport ont-ils connaissance de ces pratiques au sein de l’entreprise qu’ils gèrent ?

Nous avons contacté Mr Kheider pour lui demander s’il confirmait ou infirmait nos informations, il nous a déclaré que nous…le dérangions…

Dans nos prochaines publications nous reviendrons plus amplement sur cette affaire, en vous rapportant le compte rendu d’enregistrements révélant des invitations gracieuses à des matchs de football en Espagne et des remises d’enveloppes hautement suspectes…