Mise en cause dans la polémique autour du logement du célèbre défenseur des droits de l’homme Ali-Yahia Abdenour, la direction générale des domaines a décidé de réagir. Tout en confirmant qu’il y a un problème juridique autour de l’appartement, les services des domaines réfutent l’existence d’un quelconque refus de leur part de régulariser la situation de l’avocat. Ils ont juste ouvert une enquête.

La direction des domaines indiquent, en effet, que suite à la demande de l’avocat, elle a demandé une enquête pour déterminer la situation exacte de l’appartement qu’occupe Abdenour Ali-Yahia ainsi que les logements occupés par d’autres locataires qui sont dans la même situation.

Le directeur général des domaines, Djamel Khaznadji, a affirmé dans une déclaration à l’APS que “la demande de M. Ali Yahia Abdenour n’a, à ce jour, fait l’objet d’aucun refus de régularisation notifié par les services des Domaines de la wilaya d’Alger et son aboutissement demeure à l’instar des sept autres occupants d’appartements ayant introduit des demandes de même nature, subordonné aux résultats auxquels aboutira l’enquête en cours et dans le strict respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur”.

Djamel Khaznadji a expliqué que « M. Ali Yahia Abdenour a introduit une requête auprès des services des Domaines de la wilaya d’Alger datée du 27 Février 2018 dont copie destinée à l’Administration centrale parvenue que le 24 Avril 2018 et aux termes de laquelle il a sollicité la régularisation de la situation d’occupation de l’appartement précité ».

Selon le même responsable, l’appartement dont il s’agit fait partie des 21 appartements dont avait bénéficié la société dénommée Union Immobilière Algérienne (UNIAL) en vertu d’un acte de partage partiel entre elle et la Société civile immobilière “SCI Lutétia” dressé devant Maître René Brilloit, alors notaire à Alger, entre Mai et Juin 1963, enregistré le 04 Juillet 1963 et publié le 10 mars 1964.

Mais avec le temps, des procédures et litiges n’ont pas permis de situer la situation exacte de ce bien ni la légalité de la société de gestion immobilière. D’où le déclenchement de l’enquête des services des domaines.

Face aux accusations d’Abdenour Ali-Yahia qui affirme qu’il est le seul à ne pas avoir bénéficié de la propriété de son bien, le directeur des domaines indique « qu’à ce jour, aucun acte de cession n’a été dûment établi et délivré par les services des Domaines de la wilaya d’Alger au profit des occupants dont il a fait état dans ses déclarations contenues dans les articles de presse en cause ».

Abdenour Ali-Yahia proteste sur le fait que la direction des domaines refuse de lui vendre un appartement qu’il occupe depuis les années 1960. Il estime que c’est un “bien vacant” qu’il a le droit d’acheter comme les autres locataires de l’immeuble qu’il occupe.