La wilaya d’Alger aura bientôt un nouveau statut. Elle ne sera pas plus une wilaya comme une autre et son territoire s’étendra au-delà des frontières actuelles.

Après un plan de rénovation qui engloutit des milliards de dinars et qui court jusqu’à 2030, la wilaya d’Alger verra ses frontières étendues. Selon des responsables du ministère de l’Intérieur approchés par Algérie Part, les régions de Bouinan, Boufarik et probablement Larbaa (actuellement rattachée à Blida), Bousmaïl et Chaïba et probablement Koléa (Tipaza) et une partie de l’Ouest de Boumerdès, qui inclut même une partie du chef-lieu de cette wilaya, figureront dans la liste des régions qui seront rattachées au futur Grand-Alger. C’est une sorte de retour à l’ancien gouvernorat. Mais en plus grand et plus moderne.

Selon les premières indications, le statut de la future métropole aura une sorte de grande commune, à l’instar de ce qui se fait dans les grandes capitales dans le monde. Elle aura à sa tête un super-maire qui réduira les fonctions actuelles du wali au simple rôle de représentant de l’Etat.

En plus du nouveau statut, ces dispositions visent notamment à doter Alger  de régions disposant de suffisamment d’assiettes foncières pour les réalisations d’infrastructures socio-culturelles et économiques. Actuellement, les autorités locales ont du mal à trouver le foncier nécessaire à la construction de nouveaux projets de logements.

La date de l’adoption de la nouvelle loi n’est toujours pas connue.