Il y a quelques mois la presse avait fait état de la disparition de pas moins de 25 réacteurs d’avions de type Boeing 727 et 737, au niveau des sites de maintenance et de réparation d’Air Algérie.

On se rappelle qu’il avait été divulgué que deux réacteurs d’une valeur de 600 Millions de Dinars, avaient été envoyés dans les usines de Volvo en suède en 2004 pour réparation, mais aucune trace de leur retour n’avait pu être attestée.

Une enquête avait alors été déclenchée par les services de sécurité et les noms de deux cadres d’Air Algérie avaient été cités : Zidane et Bouchouchi Sofiane, qui était à la tête de la Direction de la Gestion Technique de la Flotte.

Depuis, la gestion de ce dossier sensible a été quelque peu étouffée et Bouchouchi a tout fait pour s’éloigner des suspicions et accusations dont il faisait l’objet.

Vidéo – Air Algérie : Disparition de 25 réacteurs d'avions.

Gepostet von Algerie360.com am Mittwoch, 6. September 2017

Il a réussi grâce à ses relations à être muté à Casablanca au sein de la représentation d’Air Algérie de la rue Brahim El Amraoui au centre ville de la capitale économique du Maroc.

Marié à une franco-marocaine, selon certaines sources très proches, Bouchouchi serait au centre de toutes les attentions de la part des services d’inspections et de contrôles.

En effet il semblerait que le patron de la représentation de la compagnie nationale à Casablanca ait déclaré louer une maison, et demandé à ce titre le remboursement de ses charges de locations alors qu’en fait, nous assure-ton, il vivrait dans la maison de son épouse sans aucun loyer à débourser…

Mais d’autres faits encore plus graves auraient été relevées par les services d’inspections liées au Ministère des Transports.

Nous avons appris que le système Amadeus, qui est leader dans le système de réservation électronique et de ventes de billets d’avions, ne soit pas utilisé par l’agence d’Air Algérie et que Bouchouchi en 2018 accepte d’émettre des titres de transports aériens rédigés à la main et signés avec son accord, nous informe la même source…

Ces faits, s’ils étaient avérés de manière officielle, constitueraient une faille dans le système de gestion car échappant au suivi et contrôle des revenus de la compagnie aérienne nationale…

‘’Rien ne peut réellement identifier et garantir la comptabilisation et le paiement effectif de ces billets, sans parler des problèmes relatifs à la sécurité et aux assurances qui y sont liées.’’ Apprenons-nous par la même source.

Par qui Mr Bouchouchi est-il couvert ? Cette seconde enquête sera-t-elle à son tour étouffée ?

Algeriepart reviendra dans les prochaines publications sur cette énigmatique affaire.