Investir dans le sport et particulièrement dans le football est un vieux rêve que le patron de Cevital, Issad Rebrab caresse depuis de longues années. Mais à chaque fois qu’il se rapproche de ce but, ses projets sont confrontés à l’adversité d’un milieu difficile à pénétrer. Ses tentatives d’entrer dans le capital de la JS Kabylie n’ayant pas abouti, le patron de Cevital serait sur le point de prendre possession d’une partie des actions d’un autre club populaire en Kabylie, à savoir le Mouloudia olympique de Béjaïa (MOB).

A ce stade, il n’y a rien d’officiel. Mais le directeur du MOB, Mustapha Rezki, a révélé que des négociations sont menées en ce moment entre le patron de la première entreprise privée du pays et les dirigeants du club de la Vallée de la Soummam. « Issad Rebrab avec qui je me suis entretenu récemment, m’a fait savoir que son groupe compte intégrer la SSA/MOB, les pourparlers vont se poursuivre dans le but d’activer la procédure permettant à Cevital de racheter des parts dans l’institution. Issad Rebrab m’a informé de ses vœux de faire du Mouloudia de Béjaïa un club de très grande envergure », a, en effet, indiqué le dirigeant sur sa page Facebook.

Cette négociation n’est qu’une nouvelle étape dans les liens qui unissent le club au géant de l’agroalimentaire algérien. Cevital a déjà paraphé, la semaine dernière, un contrat de sponsoring au profit du MOB. L’entreprise versera une somme de 20 000 000 de DA (deux milliards de centimes) au club de la Soummam qui vient d’accéder à la Ligue 1 de football après une saison passée en Ligue 2.

Le patron de Cévital a toujours sponsorisé les clubs de la région où sa plus grande usine de raffinage des huiles et des sucres est implantée. Il a sponsorisé le MOB, mais également l’autre grand club de la ville de Hammadadites, à savoir la JSM Béjaïa (JSMB). Mais si la possibilité lui est offerte d’acquérir des actions au MOB, ce sera la première fois qu’il devient actionnaire dans un club de football.

Entrer dans le capital du MOB n’est pas une simple affaire commerciale. Pour le patron de Cévital, c’est une manière de s’ancrer un peu plus dans la région à travers son club de football qui est très populaire. Alors que ses tentatives de racheter la JS Kabylie ont toujours échoué, Rebrab, l’homme le plus riche du pays, va-t-il réussir à faire de cette équipe un club prospère ?