L’acquisition par Sonatrach d’une raffinerie de pétrole en Italie est une « excellente opération », a affirmé à ce propos, lors de son passage à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne, Abdelmadjid Attar, ancien PDG de Sonatrach et ancien ministre des ressources en eau. 

Située en Sicile, pas très loin de Skikda et dotée d’une capacité de production de 175 barils/jour, cette raffinerie présente des atouts majeurs pour l’avenir de l’Algérie, a estimé Abdelmadjid Attar.

Selon ce dernier, un expert respecté dans son domaine pour toutes ses années d’expérience, l’acquisition de cette raffinerie en dehors des frontières du pays « vaut mieux » à ses yeux que « le fameux projet » de construction de cinq raffineries à l’intérieur du pays, selon lui « abandonné », et dont, commente-t-il, on n’aurait su quoi faire des 50% de surplus de gas-oil et d’essence produits.

Concernant enfin l’exploitation projetée du gaz et du pétrole de schiste, et les dangers qu’elle serait susceptible de causer à l’environnement, Abdelmadjid Attar a fait savoir qu’il n’existe pas d’alternatives à cette ressource.  22.000 milliards de m3, ajoute-t-il, « c’est une ressource qui est là et je suis certain qu’on en aura besoin, un jour ou l’autre ».

L’ancien PDG de Sonatrach a fait savoir enfin qu’il voit  « beaucoup d’intox » s’agissant des dangers du gaz de schiste sur la nappe albienne de l’Algérie.