L’affaire du logement de Ali-Yahia Abdenour ne révèle pas tous ses secrets. Le célèbre avocat crie au scandale et réclame l’achat d’un appartement qu’il habite depuis une cinquantaine d’années. Une société apparemment dissoute et reconstituée sous une autre identité. Mais qui ne fait pas loi.

Selon des proches de l’avocat, Ali-Yahia Abdenour a commencé par saisir la direction des domaines de la wilaya d’Alger pour obtenir une situation exacte du bien. C’est ce qu’a fait le directeur général des domaines de la wilaya d’Alger qui a envoyé un courrier à ses services leur demandant de définir la situation de cet appartement, situé au 35 rue Ahmed-Bougara, à Alger. Le document, que nous avons consulté, date du mois de mars dernier.

Avant cela, l’avocat a déjà introduit une plainte, en 2014, contre la Sarl dénommée Copernic. Il a eu gain de cause. La raison ? La société « Copernic » n’était qu’administratrice de ce bien qui appartenait à une famille de juifs d’Algérie. Après l’indépendance, c’est une société algéro-française, dénommée Société immobilière d’Alger, SIAL, qui a été chargée du gestion de ce bien. Mais la société a été dissoute des années plus tard et les propriétaires sont décédés. Ce qui en fait donc un bien vacant.

Selon des sources bien informées, la gérante de la société immobilière qui s’occupe de recueillir les loyers, n’a aucun lien avec la société Sial, dissoute depuis très longtemps. Pis encore, des sources très proche du fondateur de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, soupçonnent une personnalité influente de tirer profit de cette entreprise qui n’existe, d’ailleurs, sur aucune plate-forme numérique. Et pourtant, cette entreprise gérerait près de 5000 biens dans l’Algérois ! Algérie Part reviendra sur cette étrange affaire dans ses prochaines investigations.