Rachid Nekkaz a été convoqué aujourd’hui 06 Mai 2018 au palais de justice du Tribunal de Sidi M’hamed dont le siège se situe à la Rue Abane Ramdane à Alger.

Un télégramme d’Algérie Poste lui a été transmis la veille à l’adresse qu’il déclare être son lieu de résidence à Ain-Merane dans la wilaya de Chlef.

Rachid Nekkaz est poursuivi pour diffamation, atteinte à l’image du Président de la République et aux symboles de la République par la Justice algérienne.

Comme nous l’avions déjà affirmé sur un de nos articles, Le discours de Nekkaz s’est radicalisé quand il ne frise pas le ridicule comme quand il évoque un sosie du Président doté d’un masque 3D

Algeriepart n’a cessé d’informer les algériens sur les agissements de ce personnage public qui espère encore participer aux élections présidentielles, algériennes cette fois-ci, en surfant sur des sujets polémiques et au gré des tendances de l’actualité.

Dans une de nos publications du 05/12/2017, nous avions écrit :  » Ces diffamations permanentes envers la personne du président de la République sont interdites par la loi. Le code pénal dans ses articles 144 bis rend les contrevenants passibles d’emprisonnement et de fortes amendes. Ces poursuites pénales sont engagées d’office par le Ministère Public.’’

Art. 144 bis. – Est punie d‘un emprisonnement de trois (3) mois à douze (12) mois et d‘une amende de cinquante mille (50.000) DA à deux cents cinquante mille (250.000) DA ou de l‘une de ces deux peines seulement, toute personne qui offense le Président de la République par une expression outrageante, injurieuse ou diffamatoire, que ce soit par voie d‘écrit, de dessin, de déclaration, ou de tout autre support de la parole ou de l‘image, ou que ce soit par tout autre support électronique, informatique ou informationnel.

Les poursuites pénales sont engagées d‘office par le ministère public.

En cas de récidive, les peines d‘emprisonnement et d‘amende prévues au présent article sont portées au double.

La justice s’est enfin autosaisie et a pris en main ce dossier pour juger les provocations incessantes de Nekkaz, lui qui clame qu’il est poursuivi en justice par ses fameux  »40 Voleurs’’ et  »être heureux d’aller en prison  »…

Les ennuis judiciaires de Nekkaz s’accumulent puisqu’il est également inquiété en France comme nous l’avions rapporté dans un article précédent.

Il n’est pas exclu que d’autres personnes, objet de harcèlements de la part de Rachid Nekkaz sur les réseaux sociaux, déposent à leur tour plainte contre lui auprès de la justice algérienne…

A suivre.