Un autre scandale. D’autres milliards de nos deniers publics qui sont détournés et dilapidés. Cette fois-ci, Algeriepart a obtenu au cours de ses investigations des documents exclusifs qui retracent des pratiques de détournement autour d’un marché de 440 milliards de centimes. Un budget énormissime consacré, au départ, à la construction de 189 logements promotionnels à Djenane EL TCHOULAK, situés à Bouzaréah sur les hauteurs d’Alger. 

Cette promotion immobilière devait également comprendre pas moins de 14 villas haut standing. A l’origine de ce projet, nous retrouvons l’entreprise  Batimetal Immobilière, filiale du groupe I-Métal. Il s’agit d’une entreprise publique qui opère dans le secteur de la promotion  immobilière depuis 2001. Discrète et méconnue du grand public, cette entreprise se retrouve depuis mars 2018 au coeur d’un scabreux scandale où plusieurs milliards de centimes ont été utilisés de manière très douteuse pour ce chantier qui a été lancé le 16/12/2015.

Un chantier qui tourne au ralenti jusqu’aujourd’hui en raison du scandale qui vient d’ébranler Batimetal Immobilière et l’entreprise chinoise, Wen Zheng Construction.

Tout a commencé lorsque le gérant algérien de cette entreprise algéro-chinoise, Zitouni Messai, a déposé plainte au niveau de la Cour de Justice de Chéraga à Alger contre YAHI Hacène PDG de l’EPE/SPA BATIMETAL IMMOBILIERE, ATLAOUI Noureddine son Directeur de l’Administration et des Finances ainsi que Mme BENDAOUD Amal, sa Directrice Technique. Détournements des deniers publics, passation douteuse de marché et corruption, dans sa plainte, Zitouni Messai, un entrepreneur algérien, crie au scandale et donne des éléments factuels et présente aux services de sécurité ainsi qu’à la justice des documents accablants.

Avant de saisir la justice, Zitouni Messai, a saisi le ministère de l’Industrie, le ministère de l’Habitat, le ministère des Finances et le ministère de l’Intérieur comme le démontre la sa déclaration, signée et cachetée, remise exclusivement à la rédaction d’Algeriepart.

Cet entrepreneur a même poursuivi devant la justice ses associés chinois. Il s’agit de madame GAO LING et de monsieur XU JIUANGUO. En décembre 2017, notre compatriote a découvert avec stupéfaction que ses partenaires chinois et anciens gérants de sa société Wen Zheng Construction lui volaient de l’argent et s’adonnaient à des pratiques obscures et illégales. En effet,  Mme GAO LING avec la complicité de Mr XU JIUANGUO ont pactisé avec le PDG avec YAHI Hacène PDG de BATIMETAL immobilière pour gonfler les coûts du projet de construction des logements afin de détourner des sommes colossales sans éveiller le moindre soupçon.

Les complices vont ainsi s’entendre pour mettre en place 6 avenants qui porteront le montant du projet de 359 milliards de centimes à 440 milliards de centimes. Une surévaluation totalement injustifiée et ces avenants ne respectent aucune disposition de la réglementation en vigueur dans notre pays. Pis encore, le PDG de Batimetal Immobilière, ses deux adjoints et les deux gérants chinois de Wen Zheng Construction vont s’entendre sur une sous-traitance qui va porter sur… 97,5 % des travaux du chantier ! Un cas inédit et incroyable.

Le jour même du démarrage des travaux de ce chantier, à savoir le 16/12/2015, le PDG de Batimetal Immobilière impose à ses partenaires chinois de sélectionner un sous-traitant qui se chargera des travaux de terrassement du chantier. Comme par hasard, ce sous-traitant est un ami proche de ce PDG. Il s’agit de monsieur Issam Mostefaoui, un simple vendeur de vêtements à Sidi Yahia qui se lance dans le BTP sans aucune référence technique. Il créé sa société, 2MBTP, le jour même du lancement des travaux du chantier de Djenane EL TCHOULAK à Bouzaréah, à savoir le 16/12/2015.

Dépourvue de toute référence dans le secteur, 2MBTP prendra le marché des travaux du terrassement du terrain qui devra abriter les futurs 189 logements de Batimetal Immobilière. La facture globale de ces travaux de terrassement vont s’élever à pas moins de 50 milliards de centimes ! Un montant faramineux totalement injustifié, assure aux juges et aux enquêteurs de la gendarmerie nationale, Zitouni Messai qui découvrira toute cette supercherie après avoir repris le contrôle de Wen Zheng Construction en décembre 2017.

Le nouveau gérant va s’apercevoir également que  Batimetal Immobilière a travaillé avec deux bureaux d’études pour la réalisation des logements la promotion de Djenane El-Tchoulak. Des cabinets privés qui ont surfacturé outrageusement leur travail pour remettre des rétrocommissions. A titre d’exemple, le bureau d’études Archimed engineering a facturé son travail à… 8 milliards de centimes alors que les plans de construction des villas et logements de ce chantier n’ont toujours pas été validés par les services du CTC, un organisme étatique de contrôle technique de normalisation des risques construction. Pis encore, Zitouni Messai ne va jamais retrouver la moindre trace des études soi-disant effectuées par le cabinet Archimed engineering.

Mais le plus incroyable dans ce projet concerne la magouille imaginée par YAHI Hacène qui va ordonner lui-même à l’ancien directeur général de Wen Zheng Construction, XU JIUANGUO de signer avec lui le marché n° 14/2015 du 17/12/2015 pour créer une autre société : la SARL ZJTTGJ CONSTRUCTION qui n’a elle aussi aucune références ni moyens. Et cette nouvelle société sortie de nulle part, va s’accaparer comme par enchantement de 97,5 % des travaux du chantier de réalisation des logements de Djenane El Tchoulak.

Choqué et bouleversé par ces pratiques mafieuses, Zitouni Messai décide de protester et réclamer des comptes dés les premiers jours de sa prise de contrôle de la société mixte Wen Zheng. Mais le PDG de Batimetal Immobilière va rapidement l’exclure du marché en résiliant unilatéralement le contrat qui lie le chantier de Bouzaréah à cet encombrant nouveau gérant hostile à toute manœuvre de corruption.

Son argent a été volé, sa société a été instrumentalisée pour mettre en place un étonnant montage de détournement des fonds publics, Zitouni Messai ne s’avoue pas vaincu et saisit la Section de Recherches de la Gendarmerie Nationale de Bab-Djedid. Mais l’enquête traîne toujours et les responsables de Batimtal Immobilière ainsi que leurs complices chinois poursuivent leurs forfaits sans qu’il soient inquiétés par qui que ce soit.