Visites à tous vas, interventions publiques ultra-médiatisées et présidence de délégations ministérielles ; Depuis quelques mois, le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, est devenu une véritable « star » du gouvernement. Le premier flic du pays multiplie les sorties, collectionne les déclarations et engrange des points jusqu’à susciter des interrogations de milieux politico-médiatiques.

Il ne se passe pas une semaine sans que les médias officiels n’ouvrent leurs journaux sur une virée de Noureddine Bedoui. L’homme s’exprime sur tout, et pas seulement sur les sujets liés à son secteur. C’est le cas de cette rencontre organisée, en mars dernier, autour du thème de la micro entreprise. C’est également lui qui s’est récemment exprimé suite aux vagues des violences enregistrées dans les stades.

Même sur ce dernier sujet, les défenseurs de l’homme indiquent que la sécurité des enceintes sportives relève de ses missions et de celles de la police. Mais la visite de Noureddine Bedoui, effectuée à Tamanrasset le mois dernier, a fini par alimenter la rumeur publique.

L’homme s’est rendu dans les wilayas du Sud à la tête d’une délégation ministérielle pour « s’enquérir » de la situation du développement dans les régions sahariennes. Il s’est exprimé au nom de l’Etat et… du gouvernement.

Ces sorties ont suffi à certains commentateurs pour conclure que l’ancien wali de Sétif allait être nommé premier ministre. Ces pronostics ont été contredits par le récent remaniement gouvernemental, suivi d’une longue conférence de Ahmed Ouyahia. Le secrétaire général du RND est non seulement maintenu à son poste, mais il a été « conforté » dans sa fonction de Premier ministre.

N’empêche, après certaines sorties publiques, Ouyahia s’éclipse de nouveau. Et c’est Noureddine Bedoui qui présidera, mardi, la célébration de la journée internationale de Travail, qui aura lieu à Hassi Messaoud. Certaines mauvaises langues nuancent les faits et précisent que le Premier ministre est « souffrant ». Mais en vue de ce qui s’est passé les semaines précédentes, il apparaît que s’il n’est pas forcément destiné à être nommé Premier ministre dans l’immédiat, Noureddine Bedoui n’est visiblement pas un ministre ordinaire !