Abdelmoumen Ould Kaddour, le PDG de Sonatrach, est optimiste concernant l’avenir du pétrole en Algérie. “Ne vous inquiétez pas ! Il reste encore beaucoup de réserves de pétrole en Algérie”, a-t-il répondu lorsqu’il a été interpellé par Algérie Part en marge d’une conférence de presse organisée ce lundi au siège de la direction générale de Sonatrach à Alger. 

“Au moins 27 compagnies pétrolières internationales veulent venir ou revenir travailler en Algérie”, a-t-il encore assuré pour démontrer qu’il reste encore beaucoup de pétrole à découvrir dans le sous-sol de notre pays. Le PDG de Sonatrach balaie ainsi d’un revers de main les prévisions pessimistes concernant l’état des réserves pétrolières de notre pays. Et pourtant, le 24 février 2013, Abdelhamid Zerguine, alors PDG de la Sonatrach, avait affirmé  publiquement que l’Algérie aura épuisé ses réserves de pétrole et de gaz conventionnel entre 2020 et 2025 en raison d’un double phénomène de baisse de production ajoutée à l’augmentation de la consommation intérieure.

Ce scénario est écarté par Abdelmoumen Ould Kaddour qui mise énormément sur les nouvelles capacités des gisements récemment découverts. Sonatrach a, d’ailleurs, effectué pas moins de 33 nouvelles découvertes de gisements pétroliers et gaziers en 2017. Et grâce à de nouveaux partenariats ainsi qu’un plan d’investissement prometteur de 50 milliards de dollars sur une période de 10 ans, Sonatrach ambitionne de se doter de tous les moyens nécessaires pour booster la production pétrolière algérienne.