C’est une habitude qui s’est enracinée dans les mœurs des équipes de l’ENTV, la télévision étatique. A chaque fois que madame Mounia Khelladi Mosli, directrice générale et propriétaire de Myriade Communication, organise un événement à travers le pays, les caméras de l’ENTV sont mobilisées en force pour couvrir la moindre activité de ces manifestations. 

Il faut dire que Mounia Khelladi Mosli est la femme du patron de l’ENTV, Tewfik Khelladi. C’est l’homme qui dirige le premier média “lourd” du pays depuis février 2012. Ancien directeur de communication à la Présidence de la République, Tewfik Khelladi est réputé pour son réseau d’influence très étendu à travers toutes les institutions de l’Etat. Un réseau qui permet à madame Khelladi de s’imposer rapidement comme l’un des acteurs majeurs de l’événementiel en Algérie.

Avec sa “boite” de communication, Myriade Communication, Mounia Khelladi Mosli est en train de collectionner les succès. En quelques années, elle enregistre à son actif plusieurs événements de grands ampleurs comme le Salon International des énergies renouvelables, des énergies propres et du développement durable organisé depuis 2011 au centre des conventions à Oran. Myriade Communication organisera également le premier Salon national des sports et des loisirs qui se tiendra à Oran du 2 au 5 mai prochain. Selon nos investigations, plusieurs fédérations sportives participeront à cet événement et le ministre des Sports devra marquer sa présence.

Madame Khelladi est aussi à l’origine de la création du premier salon de la confiserie,
de la boulangerie et de la biscuiterie. Plusieurs grandes sociétés et organismes publics ou étrangers ont recouru récemment aux services de la femme du patron de l’ENTV comme l’UGTA, le PNUD, le RND d’Ahmed Ouyahia, l’ANEP ou Daewoo. Naturellement, en 2014, l’entreprise de Mounia Khelladi Mosli s’était beaucoup impliquée dans la campagne électorale du 4e mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

Et décidément les portes ne cessent de s’ouvrir à cette femme qui rêve d’explorer des horizons encore plus prometteurs. Faut-il être l’épouse d’un homme des réseaux comme le patron de l’ENTV pour cultiver un tel rêve en Algérie ?