Après les médecins, voici le tour des pharmaciens. Mécontents des nouvelles dispositions de la nouvelle loi sanitaire, le syndicat national des pharmaciens d’officine (SNAPO) a déclaré une grève dès samedi prochain.

Le président du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine, Messaoud Belambri, a indiqué que lui et ses pairs sont choqués d’apprendre qu’un des principes de l’activité de pharmacien a été « bafoué». Il s’agit de fait que « le pharmacien est le propriétaire et gestionnaire de la pharmacie ». Ce principe est « supprimé sans aucune retenue » ce qui risque de « supprimer le principe de l’indépendance du pharmacien et la responsabilité de la filière de pharmacie », a-t-il dénoncé.

Il rappelle que « certains points contenus dans la nouvelle loi sur la santé touchent au cœur même du métier ». Les adhérents du SNAPO se retrouvent mercredi pour annoncer officiellement le débrayage. Algérie Part reviendra sur ce sujet avec de plus amples explications.