Secrètement et discrètement, la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach, le poumon économique de l’Algérie, s’est dotée d’un nouvel organigramme dans le sillage de sa stratégie SH 2030 qui a pour but de faire de notre compagnie nationale un véritable groupe fonctionnant selon les normes d’un géant mondial de l’énergie. 

Le 30 avril prochain, le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, doit animer une importante conférence de presse pour dévoiler les axes majeurs de cette stratégie qui doit remodeler Sonatrach pour lui assurer un futur prometteur. Algeriepart, grâce à ses investigations, peut vous dévoiler en avant-première les axes de changements de Sonatrach. Nous allons vous révéler à partir d’aujourd’hui tous les tenants et aboutissants de cette stratégie. Algeriepart a obtenu en exclusivité le document officiel préparé depuis de longs mois par l’establishment de Sonatrach en partenariat avec des cabinets de consultants très prestigieux comme l’américain BCG et le célèbre McKinsey & Company qui a retravaillé la stratégie commerciale de Sonatrach.

Après des mois d’audit, d’analyses et de recherches, Sonatrach et ces deux cabinets internationaux ont élaboré le plan de transformation de la macrostructure de Sonatrach à l’horizon 2030. Algeriepart partagera avec ses lecteurs l’intégralité de ce plan.

Ce document comporte plusieurs annonces et mesures révolutionnaires. Sonatrach change radicalement de visage et ses normes de fonctionnement ont été totalement transformées.

Ainsi, ce plan commence, d’abord, par identifier les anomalies et dysfonctionnements qui empêchent un management efficace à Sonatrach comme le montre cette partie de notre document. Sonatrach ne disposait pas d’une direction des achats, d’une direction des risques ou d’une direction des ressources nouvelles. Elle ne possède pas non plus une structure en charge du pilotage des holdings.

Partant de ce constat, de nouvelles recommandations ont été proposées pour apporter une meilleure gouvernance à Sonatrach. Dans ce document, il est expliqué qu’il s’agit d’adapter la macrostructure de Sonatrach au niveau de plusieurs activités afin de booster les performances et augmenter les revenus comme il est expliqué dans cet extrait du document exclusif en notre possession :

Ces recommandations ont abouti enfin à un nouvel organigramme qui marquera le début d’une nouvelle ère à Sonatrach. C’est toute l’architecture institutionnelle de Sonatrach qui va changer. Il y aura donc bientôt de nouvelles structures à la direction générale de Sonatrach. Il s’agit de mettre en place une Corporate affaires, d’une direction dédiée à la transformation Office, une autre chargée de l’engineering et project management. L’autre nouveauté consiste à se doter d’une entité entièrement dédiée à la pétrochimie et le raffinage. Ce qui démontre que Sonatrach sous l’égide d’Abdelmoumen Ould Kaddour ne veut pas rester dans l’exploitation rentière du pétrole et du gaz. Elle ambitionne de devenir un véritable pôle industriel dans la pétrochimie.

Les énergies renouvelables ne sont pas ignorées puisque tout une nouvelle entité leur est consacrée. C’est dire enfin que Sonatrach mise aussi sur ces énergies du futur pour  gagner des devises à l’étranger.

Après plusieurs scandales de corruption et une image salie à l’étranger, Sonatrach semble renaître de ses cendres grâce au travail continu de la nouvelle direction générale conduite par son Président Directeur Général : Ould Kaddour.