Les habitants de l’immeuble E5 de la Cité AADL 1500 logements de Ouled Fayet à Alger sont en colère. Ils constatent depuis plusieurs jours une flagrante injustice contre laquelle l’AADL ne veut rien faire. 
Tout a commencé lorsqu’un commerçant a acquis plusieurs locaux mitoyens à l’immeuble E5 de la Cité AADL 1500 logements de Ouled Fayet pour les transformer en un restaurant. Or, cet étrange “investisseur” va jusqu’à s’accaparer des parties communes à tous les habitants de la Cité AADL et “privatise” au grand dam des habitants plusieurs mètres de la chaussée pour la réalisation d’une terrasse de son futur restaurant.
Cette infraction s’est déroulée a devant le bureau de gestion de l’AADL qui se trouve à moins de 10 mètres du commerce en question. Le responsable de ce bureau s’est enfermé dans un silence intrigant et même les services de la Gendarmerie n’ont plus donné signe de vie alors qu’ils ont été saisis par les voisins scandalisés par ce détournement d’un espace public de sa vocation initiale.
 
“Pourquoi ce silence de l’AADL ?  Pourquoi la Gendarmerie n’a plus donné de suite aux plaintes ?”, ces deux question reviennent sur toutes les lèvres des habitants de cette cité AADL. Au moment où de simples habitants reçoivent des mises en demeure de l’AADL pour de simples paraboles sur les fenêtres, un commerçant est autorisé à bâtir un restaurant au rez-de-chaussée d’un immeuble avec tous les désagréments et nuisances que cela comporte sur la qualité de vie des habitants.
Quelques mois auparavant, des travaux de démolition de plusieurs murs porteurs et de poteaux, lors du jumelage des locaux, ont été effectués sans le moindre contrôle de la part des cadres de l’AADL alors que cette démolition pourrait affecter dangereusement la structure de l’immeuble. Force est de constater, par ailleurs, que les regards du réseau d’assainissement des eaux usées qui se trouvent sur la surface accaparée par ce restaurant ont été condamnés alors que leur accès est impératif lors des interventions de la SEAAL lors des fortes pluies.
A la Cité AADL 1500 logements de la localité de Ouled Fayet, les habitants ont mis en place un collectif pour relever toutes ces anomalies et violations de la loi. Ces habitants se révoltent contre la privatisation de leur espace public et la justice à deux vitesses de l’AADL.