Le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a répondu aux observateurs et experts qui annoncent régulièrement la fin du pétrole dans le monde et en Algérie.  « Ceux qui disent que c’est la fin du pétrole « sont loin de savoir la vérité et beaucoup de chemin reste à faire », a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse lors d’un point de presse tenu en marge de la signature d’une convention de mutualité au profit des employés du groupe Sonatrach.

Aux yeux du PDG de Sonatrach, le pétrole restera encore la première source d’énergie la plus prisée et recherchée dans le monde. Il en veut pour preuve, l’envolée récente des prix du pétrole qui tournent autour de 75 dollars le baril. « Le pétrole est actuellement autours de 75 dollars le baril et nous pensons (pays producteurs de pétrole) que c’est le juste prix », a-t-il dit à ce propos.

Pour le moment, la situation des marchés pétroliers reste « positive » aussi bien pour les pays producteurs que pour les pays consommateurs de pétrole tant que le prix du baril reste autour des 70-80 dollars. « C’est un équilibre que nous devions assurer », a souligné M. Ould Kaddour, en ajoutant que lorsque le baril de pétrole valait 40 dollars, il y avait une baisse d’investissements mondiaux de 500 milliards de dollars dans l’exploration, entravant ainsi le renouvellement des réserves de pétrole.

« Il faut que l’on trouve un juste milieu et c’est là où on en est actuellement », a-t-il observé tout en espérant que cet équilibre puisse durer assez longtemps pour que les entreprises se reprennent et investissent dans l’exploration.

Quant à l’avenir des activités pétrolières en Algérie, Sonatrach continue d’afficher son optimisme et enchaîne les contrats juteux et partenariats stratégiques depuis l’arrivée d’Abdelmoumen Ould Kaddour à la tête de Sontrach en mars 2017. 

La plus récente affaire conclue par Sonatrach concerne un important partenariat conclu avec la société indonésienne du pétrole « Pertamina internasional EP » qui se lancera en mai prochain dans le forage de 20 puits pétroliers, dans le cadre du partenariat avec Sonatrach. Ce forage, qui sera effectué au champ pétrolier « Amlan Kathla » à Hassi Berkine, prévoit d’accroître la production de 30.000 barils de pétrole brut/jour.

C’est dire enfin que le pétrole est loin de s’assécher en Algérie même si les réserves de notre pays enregistrent des baisses inquiétantes et alarmantes.