A Alger, les habitants d’une résidence privée située au chemin Gigot à Birkhadem souffrent le martyre depuis 5 ans. Durant toute cette période, plusieurs dizaines de résidents réclament une simple ligne téléphonique pour jouir des bienfaits de l’Internet. 

5 années durant lesquelles les responsables de l’agence Algérie-Télécom de Bir Mourad-Raïs refusent d’exaucer le vœu de ces concitoyens prétextant une saturation totale d’un bloc numérique qui provoque un problème de disponibilité de lignes téléphoniques fixes. Ce discours est servi « à chaque fois » aux résidents qui protestent contre le manque de considération d’Algérie-Télécom.

Mais au chemin Gigot à Birkhadem, une rue résidentielle réputée pour abriter des maisons et des résidences de prestige, seule une personne privilégiée n’a pas subi les désagréments de cette galère. Il s’agit naturellement d’une haut responsable de l’Etat qui a bénéficié à elle-seule d’un raccordement au réseau d’Internet et de la téléphonie fixe. Contrairement à tous les autres simples mortels habitants de cette résidence privée, Zohra Derdouri, l’ancienne ministre de la Poste et des Télécommunications a reçu un traitement de faveur de la part d’Algérie-Télécom.

Depuis plusieurs années, la maison de Zohra Derdouri est la seule qui est raccordée au réseau de téléphonie fixe. Une discrimination que les agents d’Algérie-Télécom n’hésitent pas à reconnaître ou même à justifier. « Allez-y alors chercher une connaissance », disent-ils ouvertement aux résidents des trois bâtiments d’une promotion immobilière privée située au Chemin Gigot à Birkhadem.

Pour rappel, Zohra Derdouri fut l’ancien ministre de la Poste et des TIC entre septembre 2013 et mai 2015. Elle fut également Présidente de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) entre 2008 et 2013. C’est donc une « super-citoyenne » qu’il faut absolument satisfaire aux yeux d’Algérie-Télécom. Quant aux autres algériens, ils peuvent prendre leur mal en patience.