A El Malah, une localité située dans la wilaya d’Aïn Témouchent, un groupe de citoyens a tenté d’empêcher le tournage du film “Héliopolis” du réalisateur algérien Djaâfar Gacem. Ces Algériens en colère ont voulu protester contre une séquence de ce film jugée “offensante” et “humiliante” ! 

Cette séquence comporte la levée d’un drapeau de la France, la puissance coloniale qui avait colonisé l’Algérie durant 130 ans. Et même s’il s’agit d’une simple fiction ou d’un film de cinéma qui retrace les tristes événements du 8 mai 1945 au cours desquels des milliers d’Algériens furent tués et massacrés, cette séquence a été prise très au sérieux par une partie de la population d’El Malah qui n’ont pas toléré le déroulement de cette scène sur le territoire de leur commune.

Nous sommes en 2018 et certains Algériens ne font pas la différence entre le cinéma et la réalité. Cette attitude démontre l’immense vide culturel qui mine profondément notre société. Une déshérence culturelle et mentale qui reflète les dégâts de l’absence d’une éducation culturelle dans plusieurs régions de note pays. Sur Facebook, le comédien et metteur en scène, Mohamed Charchal, a dénoncé vigoureusement cette intolérance et allergie à l’Art.

Notons enfin que le réalisateur Djaâfar Gacem a pu ruser pour tourner discrètement cette scène “controversée” sans provoquer l’hostilité d’une partie de la population locale.