En seulement deux mois, les importations des KITS « véhicules » démontés destinées au montage des véhicules en SKD/CKD ont flambé. Malgré les efforts des autorités pour réduire la facture des importations en devises, les montants consacrés à l’importation des pièces détachées destinées au montage automobile ont augmenté de plus de 100% durant les deux premiers mois de l’année en cours, selon les douanes algériennes.

Ainsi, les importations des kits CKD/SKD se sont chiffrées à 449,1 millions de dollars entre début janvier et fin   février 2018 contre 219,5 millions de dollars sur la même période de 2017 en hausse de près de 230 millions de dollars (+104%), selon les chiffres donnés par les douanes algériennes.

Quant à la facture d’importation des véhicules finis (véhicules de  Tourisme et ceux de Transport de Personnes et de Marchandises), elle est passée à 20,5 millions de dollars sur les deux premiers mois 2018 contre 136,8 millions de dollars à la même période 2017.

Ainsi, la facture globale d’importation des collections CKD/SKD et des  véhicules finis (toutes catégories) a augmenté à 469,6 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018 contre 356,3 millions de dollars sur la même période 2017, avec une prédominance des Kits CKD/SKD (95% de la facture globale).

Dans le détail, les chiffres des douanes indiquent que l’importation des véhicules légers occupe le gros des importations. La facture d’importation globale des véhicules de Tourisme finis et des collections CKD destinées à l’industrie de montage de ce type de véhicules a grimpé à 403,14 millions de dollars sur les deux premiers mois de 2018, contre 230,2 millions de dollars à la même période de 2017, en hausse de près de 173 millions de dollars (+75%), détaille la même source.

Le reste des importations est partagé par les voitures utilitaires et les pièces de rechange destinées soit au montage soit à la réparation des voitures tous types confondus. A ce rythme, la facture globale des importations qui était de 1,8 milliard de dollars l’année dernière sera d’au moins 2,7 milliards d’ici la fin de l’année.

Rappelons enfin que le SKD est un procédé consistant à monter des véhicules dont les pièces reçues sont partiellement assemblées. Le CKD, ou Completely Knocked Down, est une technique qui consiste à exporter des produits entièrement démontés et dont l’assemblage final est opéré par un acteur local. À ces lots de pièces réceptionnées depuis l’étranger peuvent s’ajouter des éléments produits localement afin d’atteindre une intégration plus poussée.