“Il y a eu un dérapage”. C’est avec ces mots que le Premier-ministre, Ahmed Ouyahia, a qualifié la dernière sortie médiatique de l’ambassadeur de France, Xavier Driencourt, qui avait suscité la colère des autorités algériennes. 

“Il y a eu une réponse du porte-parole, la relation avec la France est importante et elle connaît une évolution depuis 2012. Il y a eu un dérapage, on ne va pas faire toute une histoire autour de ça, il y a eu une réponse”, a affirmé Ouyahia qui veut mettre fin ainsi à cette polémique. Le Premier-ministre reconnaît donc que Xavier Driencourt a froissé les autorités algériennes. Mais il se montre très diplomate et refuse de compromettre l’avenir des relations algéro-françaises en s’acharnant contre l’ambassadeur de France.

Pour rappel, Xavier Driencourt avait défrayé la chronique avec ses déclarations concernant ces Algériens qui exploitent abusivement leurs visas touristiques pour partir se soigner en France laissant derrière-eux des ardoises salées. Le diplomate français a expliqué que le consulat français a convoqué de nombreux algériens pour supprimer leur visa de circulation. Une menace claire et nette dirigée contre plusieurs hauts responsables algériens dont les familles se soignent régulièrement dans les hôpitaux français.