Les rafles des migrants subsahariens se poursuivent à Oran. Samedi, vers 5 H, une rafle a été menée dans les quartiers des Amandiers et de Madina Jadida où les dortoirs ont été vidés et les migrants subsahariens, toute nationalité confondue, ont été embarqués vers le centre de Bir El Djir Oran.

Selon plusieurs sources concordantes, quelques 300-400 migrants sont regroupés dans le centre de rétention de la DAS Oran avec femmes et enfants et surtout des nouveaux nés. Le croissant rouge distribue des rations alimentaires et du lait infantile aux présents.

Cependant, le centre est fermé et interdit à l’ensemble de la presse et des ONG. Comme d’habitude, ces migrants subsahariens seront dirigés par bus vers le centre de regroupement de Tamanrasset. Puis, ils seront expédiés par camions vers leurs pays respectifs.

Or, le 10 avril 2018, les représentants du gouvernement ont déclaré à Genève lors de la réunion du Comité des travailleurs migrants de l’ONU que ces opérations sont des rapatriements volontaires et qu’il ne s’agit pas d’expulsions.

Il est à souligner enfin que le Syndicat National Autonome des Personnels de l’Administration Publique (SNAPAP) et la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA) ont condamné ce genre de pratiques contraires à tous “les traités internationaux ratifiés par l’Algérie et demande instamment aux autorités l’arrêt des arrestations”.