C’est le joyeux destin d’un chercheur algérien. Après avoir fait des études brillantes dans son pays natal en Algérie, Malik Mallem part tenter sa chance en Suisse, ce pays où la ponctualité et la perfection sont des exigences quotidiennes. 

Après des recherches supérieures menées dans de prestigieuses universités suisses, Malik Mallem fonde la seule école privée de journalisme et de cinéma en Suisse romande. En 2011, il est même à l’origine de la création d’une école de design futuriste à Genève. C’est dans cette école qu’il conçoit la première voiture algérienne. Il élabore tout un projet industriel pour le proposer aux autorités algériennes. Une proposition qui ne recevra aucune réponse. Un manque de considération auquel il est habitué puisque Malik Mallem n’a jamais reçu le moindre salaire lorsqu’il travaillait en Algérie. En exclusivité pour les lecteurs et lectrices d’Algérie Part, ce chercheur algérien revient sur son parcours dans ce témoignage inédit :