Le ministère de la Culture algérien est en colère contre l’humoriste français Dieudonné. Il menace même de le poursuivre en justice. Dans un communiqué rendu public ce mardi, il a fait savoir qu’il n’a jamais décidé d’interdire le spectacle de Dieudonné à Alger. 

Or, ce dernier est accusé d’avoir enfreint plusieurs dispositions de loi en vigueur en Algérie.  Dieudonné a annoncé son spectacle « sans avoir respecté la procédure juridique en vigueur en Algérie » puisqu’il n’a pas présenté sa demande par l’intermédiaire d’une agence de droit algérien et n’a pas loué de salle de spectacle, a dénoncé le ministère de la Culture.

Dieudonné est parti annoncer sur les réseaux sociaux que son spectacle sera donné à l’Opéra d’Alger « sans que les responsables de ce dernier (l’Opéra) n’en soient informés », procédant à la vente des billets  en devise via sa page Facebook « au mépris de toutes les règles et procédures légales » en vigueur en Algérie, s’indigne encore le ministère de la Culture.

Le ministère dirigé par Azzedine Mihoubi a qualifié d' »illégales » l’annonce par l’artiste français d’un spectacle en Algérie et la vente de billets électroniques en devise sans en avoir informé les autorités algériennes compétentes.  Pour le ministère, l’annonce de l’organisation d’un spectacle à l’Opéra d’Alger via une « partie fictive » est une atteinte à la réputation de l’Opéra qui nécessite de « recourir à la justice ».

Le département de Mihoubi a fait savoir enfin qu’il avait reçu, en date du 27 février 2018, une correspondance de l’ambassade d’Algérie à Paris (France) sollicitant son accord à la présentation d’un spectacle de Dieudonné « organisé par une agence privée basée à Paris », précisant avoir rejeté la demande pour « non respect de la législation algérienne qui « exige de passer par une agence algérienne » pour l’organisation de spectacles artistiques et culturels en Algérie.