Le gouvernement algérien a exprimé ouvertement sa colère. Le porte-parole de la diplomatie algérienne a déploré des déclarations « déplacées ». Mais quels sont ces propos de l’ambassadeur de France qui viennent de défrayer la chronique ?

Algérie Part vous propose de revoir l’extrait qui a « offensé » les autorités algériennes. Il s’agit d’une partie de la conférence de presse animée par Xavier Driencourt en marge de l’inauguration des nouveaux locaux du nouveau prestataire de traitement des demandes des visas pour la France, VFS Global. A cette occasion, le diplomate français a fait savoir que les services consulaires français ont convoqué plusieurs personnes pour leur supprimer le visa de circulation à la suite de leur séjour en France où ils ont bénéficié des prestations des hôpitaux français sans s’acquitter des factures.

Pour le gouvernement algérien, l’ambassadeur de France a fait allusion aux dirigeants algériens qui se soignent dans les établissements français. Des soins pour lesquels la France réclame depuis des années le paiement de plusieurs millions d’euros. Un sujet qui alimente depuis des années un véritable polémique entre les deux Etats en dépit de la conclusion de plusieurs accords bilatéraux. La dernière convention conclue entre l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) et les autorités algériennes en mars 2016 était censée résoudre « définitivement » ce problème.