Les propos de l’ambassadeur de France à propos de certains algériens qui profitent des visas pour aller se soigner en France n’ont apparemment pas plu aux autorités du pays. Le ministère des Affaires étrangères a fermement réagi par le biais de son porte-parole, Abdelaziz Benali Cherif. 

“Dans ces déclarations, reprises par la presse, au sujet de l’attribution des visas, l’Ambassadeur a, de nouveau, montré une propension à étaler   publiquement devant les médias des appréciations inopportunes, peu amènes et donc inacceptables”, a souligné  Abdelaziz Benali Cherif dans une déclaration à l’APS.

Il a relevé également que “les relations algéro-françaises imposent à tous, surtout à ceux qui en ont la charge dans la quotidienneté, un devoir de responsabilité et une obligation d’objectivité qui n’autorisent ni des commentaires déplacés ni des déclarations se situant en porte à faux avec la volonté clairement affirmée des plus hauts responsables des deux pays”, estime sur un ton sévère le porte-parole de la diplomatie algérienne.

“Ces derniers, rappelle-t-on, soulignent avec constance la nécessité d’œuvrer à la promotion continue des liens d’amitié et de coopération entre les deux pays dans une atmosphère de sérénité et à l’abri de tout battage  médiatique “, a-t-il conclu.

Lors de l’inauguration du nouveau centre de collecte des dossiers des demandes des visas français à Alger, le centre VFS Global, Xavier Driencourt, l’ambassadeur de France, a relevé que certains responsables “grillent” leurs visas pour se soigner en France.