En pleine polémique sur la position des concessionnaires de voitures, l’économiste et analyste financier Ferhat Aït-Ali vient de jeter un nouveau pavé dans la mare.

Il affirme que sur les 7 dernières années, pas moins de 950 000 véhicules sensés être importés ne sont pas traçables. Sur un plateau de télévision, Ferhat Ait-Ali a indiqué qu’entre janvier 2010 et décembre 2016, les services des douanes ont déclaré avoir importé 2654000 véhicules de tourisme. Mais durant la même période, seuls 1814000 voitures ont été immatriculées. Cela créé donc un écart de 950 000 véhicules qui ont disparu dans la nature.

Certains n’hésitent donc pas à faire le lien avec les déclarations des responsables qui affirment que des sommes astronomiques ont été dépensées dans la surfacturation des produits importés. Cela représenterait un tiers des devises utilisées pour l’achat d’équipements et de marchandises sur les marchés internationaux. Un procédé maléfique qui permet de détourner les devises des banques algériennes à l’étranger.