Comme il a été annoncé auparavant par Algeriepart, Ahmed Ouyahia a été maintenu dans ses fonctions de Premier-ministre ce mercredi par le Chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika. Ce dernier a décidé, néanmoins, de limoger 4 ministres du gouvernement pour les remplacer par de nouveaux hauts fonctionnaires. 

Il s’agit donc d’un mini-remaniement qui a touché les ministères de la Jeunesse et des Sports, celui du Commerce, du Tourisme et de l’Artisanat ainsi que celui des Relations avec le Parlement, a confirmé officiellement un communiqué de la présidence de la République.

“Conformément aux dispositions de l’article 93 de la Constitution, et après consultation du Premier ministre, son Excellence Monsieur Abdelaziz  Bouteflika, Président de la République, a décidé ce jour d’un remaniement au sein du gouvernement. A ce titre, le chef de l’Etat a procédé aux nomination suivantes:

– M. Mohamed Hattab, ministre de la Jeunesse et des Sports, en remplacement de M. El-Hadi Ould Ali, appelé à d’autres fonctions,

– M.Said Djellab, ministre du Commerce, en remplacement de M. Mohamed  Benmeradi, appelé à d’autre fonctions,

– M. Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, en remplacement de M. Hassen Marmouri, appelé à d’autres fonctions,

– M. Mahdjoub Bedda, ministre des relations avec le Parlement en remplacement de M. Tahar Khaoua, appelé à d’autres  fonctions”, a expliqué ainsi la même source.

Ce mini-remaniement ne change absolument rien aux rapports de force qui déterminent l’architecture actuelle du gouvernement. Cependant, il apporte quelques éclaircissements sur certains dossiers très complexes qui causent problèmes au sommet de l’Etat. Et pour cause, le maintien d’Ahmed Ouyahia balaie d’un revers de la main les rumeurs annonçant son départ.

Un départ souhaité et recherché par plusieurs adversaires politiques de l’actuel Premier-ministre notamment au sein du FLN de Djamel Ould-Abbès. Après plusieurs campagnes de déstabilisation alimentées par des rumeurs férocement hostiles, Ahmed Ouyahia s’en est sorti et assure sa survie. Mais il n’est pas, pour autant, vainqueur car sa feuille de route n’a pas été approuvée par le Président de la République. Les changements réclamés par Ouyahia n’ont pas été acceptés. Nous sommes donc face à une situation politique inédite. Un statu-quoi préservé à travers quelques petits changements.

Pour éclairer la lanterne de ses lecteurs et lectrices, Algeriepart reviendra sur ce sujet avec des révélations détaillées dans les toutes prochaines publications.