Devant un courant salafiste, le ministre des Affaires Religieuses est désarçonné. Mohamed Aissa, qui a eu une réaction virulente lors de la sortie du représentant du Madkhalisme en Algérie, Mohamed-Ali Ferkous, a timoré ses déclarations.

Lors d’une intervention radiophonique, le ministre des Affaires Religieuses a en effet indiqué que « L’État algérien ne va pas prendre un bâton et aller vers un autre pays pour lui demander d’éteindre sa radio afin que son discours n’influence pas les Algériens. Mais l’État algérien peut interdire à ses enfants de propager des idées extérieures. L’État peut interdire des livres, des prospectus, des disques et d’autres outils de propagande sectaires sur son territoire. C’est la loi qui va être appliquée ». Pourtant, le ministre met en cause le danger qui peut naître quand « on essaie de faire sortir cette idéologie de son pays et l’imposer à un autre ». Une référence on ne peut plus claire à l’Arabie Saoudite.

La semaine dernière, le ministre était, pourtant, direct dans son adresse au chef salafiste. « L’État va faire face aux idées du courant sectaire dont se réclame Ali Ferkous. Des idées qui peuvent diviser la société », avait-il indiqué. « Cette idéologie est celle-là même qui a engendré le courant de pensée qui a précédé la décennie des années 1990. C’est celui-là même qui a été à l’origine de la tragédie des années 90 », avait-il soutenu, face à un prédicateur qui veut exclure tout autre pensée de la scène religieuse nationale. Ferkous est le représentant officiel du courant « madkhali », une version très rigoureuse du wahhabisme, prônée par l’imam saoudien Rabi El-Madkhali.

 Ce dernier est connu pour ses attaques virulentes contre les autres courants de l’Islam (Tabligh, Frères Musulmans, Soufis, les partis politiques “islamistes”, les “djihadistes”). Il développe une vision dénigreuse qui mène ses adeptes à considérer que seuls ceux qui suivent ce courant dit “piétiste” seront sauvés de l’enfer, se référant à un célèbre Hadith du prophète (PBSL) : «Les Juifs seront divisés en 71 groupes et les Chrétiens seront divisés en 72 groupes et cette communauté (c’est-à-dire la communauté musulmane) se divisera en 73 groupes tous iront en Enfer sauf un». Le “un” c’est eux, les 72 le reste ! Voici donc la première caractéristique de ce courant qui prétend porter la “science” du “Jarh wa ta’dil” (la critique et l’éloge) : l’exclusion.

Autre caractéristique du Madkhalisme : l’obéissance totale au gouverneur. Toute forme d’opposition (politique) est vue comme une rébellion (Khorouj). Ainsi, les opposants sont qualifiés de Kharijites. Et cela ne manque pas d’arranger les despotes du monde arabo-musulman qui n’hésitent pas, en utilisant leurs fatwas, à jeter en prison leurs opposants politiques et certains prédicateurs taxés de “takfiris”. C’est dire enfin que ce courant est une grossière manipulation. Les Algériens doivent faire très attention.

Saïd Sadia