Aussi incroyable que cela puisse paraître, la publication des prix « sortie d’usine » des voitures assemblées en Algérie commence à donner des résultats. Certains concessionnaires ont même commencé à «baisser» les prix de certains modèles de voitures.

C’est le cas de KIa Motors qui annonce que la Picanto sera cédée à 1.390.000 Dinars (139 millions de centimes), au lieu de 189 initialement. Les responsables de KIA Algérie ont justifié cette mesure par le fait que leur entreprise a bénéficié d’une aide du FNI –Fond national d’investissements- et des abattements sur certaines taxes.

De son coté, Sovac a annoncé vouloir céder la Golf Star+ au même prix que la Start, donc à 330 millions. La Start est moins équipée que la « plus ». Quelques jours auparavant, le groupe Mazouz, qui construit des véhicules utilitaires chinois, a annoncé lui aussi des tarifs inférieurs à ceux du marché actuel.

En déplacement à Bordj Bou Arréridj, Youcef yousfi, le ministre de l’Industrie, maintient la pression. Il a indiqué que “si les autorités encouragent les constructeurs automobiles qui ont lancé leur projet, elles veilleront en parallèle à la protection des droits du consommateur et des citoyens en général”. “Il faut qu’il y ait de la transparence en matière des prix des voitures”, note-t-il. Rappelons enfin qu’une large et massive campagne de boycott des voitures neuves assemblées en Algérie a été lancée sur les réseaux sociaux par des internautes en colère contre les tricheries des concessionnaires. Cette campagne a suscité un énorme écho obligeant ainsi les “assembleurs” de voitures à revoir leurs plans en optant pour ces réductions des prix.

Il reste à savoir si les autres concessionnaires suivront !

Saïd Sadia