Le soleil de l’Algérie peut, à lui-seul, lui garantir d’immenses sources de revenus en devises.  Un soleil qui peut lui permettre de produire une immense quantité d’électricité. Hier dimanche, un expert algérien a jeté un véritable pavé dans la mare en révélant que le potentiel solaire thermique de l’Algérie représente 10 fois… la consommation mondiale en énergie électrique. 

Ancien vice-président de Sonatrach et consultant international en transition énergétique, Tewfik Hasni pèse bien ses mots. Pendant les travaux du premier Congrès international sur les énergies renouvelables, la sécurité énergétique et la sécurité alimentaire organisé du 1er au 3 avril à Alger,  Tewfik Hasni, a indiqué que le mix énergétique doit être garant de la sécurité algérienne que ce soit au plan d’approvisionnement qu’au plan indépendance énergétique. Selon lui, l’exportation de cette électricité pourrait ramener au pays des dizaines de milliards de dollars.

Mais, d’après cet expert, l’Algérie ne doit surtout pas miser  sur le photovoltaïque. Il faut plutôt préférer le solaire thermique dans le programme des énergies renouvelables que doit développer notre pays.

Selon Tewfik Hasni, sur le photovoltaïque investi massivement par les Chinois, l’Algérie ne pourra jamais être compétitive au niveau technologique. “Le niveau de technologie est tel qu’il est impossible (pour l’Algérie ) d’être compétitif”, a-t-il souligné, ajoutant que le solaire thermique est non seulement délaissé par les Chinois mais aussi ce procédé est resté immuable hormis une évolution dans la réduction des coûts.

Il faut savoir enfin que Le solaire photovoltaïque  permet de produire de l’électricité. La conversion directe de l’énergie solaire en électricité se fait par l’intermédiaire d’un matériau semi-conducteur comme le silicium. L’élément de base est la cellule photovoltaïque et le produit commercial s’appelle un module photovoltaïque.  En revanche, le solaire thermique permet de produire de la chaleur (à basse, moyenne ou haute température). Les applications les plus répandues sont celles concernant le bâtiment comme la production d’eau chaude sanitaire. La conversion du rayonnement solaire en chaleur se fait grâce au capteur solaire thermique.