C’est un événement qui devait célébrer la liberté d’expression en Algérie. Du 7 au 12 avril prochain, la ville d’Oran devait abriter le Salon International de la Caricature, du Dessin de Presse et d’Humour. Une initiative unique en son genre à laquelle pas moins de 23 caricaturistes et dessinateurs de presse étaient conviés. Parmi eux, 8 célèbres caricaturistes étrangers comme Guy Badeaux ‘’BADO’’, dessinateur de presse canadien qui sévit dans les colonnes du Droit d’Ottawa, ou Pat BAGLEY ‘’BAGLEY’’,  dessinateur de presse américain qui travaille pour le Salt Lake Tribune.

Ces caricaturistes étrangers ont même obtenu leur précieux visa algérien pour rejoindre des pointures nationales à l’instar de Baki, le Hic, Ainouch, Amine Labter ou Slim. Malheureusement, cette grande fête de la caricature qui promettait d’ouvrir des perspectives heureuses pour la liberté d’expression et l’impertinence dans notre pays vient de faire l’objet d’une inquiétante opération de sabotage.

Ce salon qui devait avoir lieu au niveau du musée d’art moderne d’Oran (MAMO) est totalement compromis en raison du comportement indélicat de l’administration de la wilaya d’Oran. La direction de la Culture de la wilaya, dirigée par Kouider Bouziane, a refusé de prêter main forte à l’organisation de cet événement culturel. L’organisateur de ce salon, Nour El Yakine FERHAOUI, avait déposé un dossier en bonne et due forme pour réclamer des aides financières afin de pouvoir accueillir les hôtes de la ville d’Oran.

Cependant, la direction de la Culture de la wilaya d’Oran n’a jamais étudié ce dossier et au lieu de le transmettre aux services du ministère de la Culture à Alger, ce même dossier a été “enterré” dans les tiroirs poussiéreux de l’administration de la wilaya. Comble du mépris, ni le Wali d’Oran, ni le responsable de la direction de la Culture n’ont voulu répondre aux requêtes et réclamations de l’organisateur du Salon International de la Caricature, du Dessin de Presse et d’Humour.

Ce dernier s’est rabattu sur l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (l’ONDA) pour chercher des secours. L’ONDA lui tend effectivement la main et sort un chèque de 300 mille Da pour couvrir quelques frais de l’organisation. Mais jusqu’à aujourd’hui encore, cet argent n’est toujours pas parvenu à Nour El Yakine FERHAOUI.

Celui-ci refuse, pour autant, d’abdiquer face à l’arbitraire et l’absurdité de notre administration. Il envisage de “camper” à partir du 7 avril prochain au MAMO pour exposer uniquement les 600 dessins et caricatures en l’absence de leurs auteurs qui ne pourront pas venir à Oran afin de rencontrer leur public à cause des blocages instaurés par les autorités de la wilaya.

Selon plusieurs sources concordantes, c’est le Wali d’Oran qui a refusé de tolérer ce premier salon en raison de la présence de plusieurs caricaturistes connus pour leurs engagements politiques hostiles et défavorables au régime algérien. Une censure qui ne dit pas son nom. Une opération de sabotage au sens propre du terme pour empêcher l’expansion de la liberté d’expression dans notre pays.