Pour attirer à nouveau les plus gros investisseurs mondiaux dans le secteur pétroliers, l’Algérie a fait appel au célèbre cabinet américain Curtis Mallet-Prevost, Colt & Mosle, pour revoir et modifier sa loi sur les hydrocarbures, a appris Algeriepart suite à ses investigations. 

Ce cabinet spécialisé dans la défense de sociétés pétrolières nationales connaît très bien l’Algérie notamment Sonatrach. En 2012, ce cabinet américain était l’avocat de la Sonatrach dans l’arbitrage qui l’oppose à l’italien Edison, filiale du français EDF, devant la Chambre de commerce internationale de Londres.

Aujourd’hui, les experts de Curtis, Mallet-Prevost, Colt & Mosle LLP travaillent avec la direction générale de Sonatrach et le ministère de l’Energie pour proposer une nouvelle mouture de la loi sur les hydrocarbures dans le but de relancer les investissements dans le secteur pétrolier et gazier notamment en cette période de crise financière où l’Algérie a cruellement besoin de nouvelles ressources financières.

L’objectif de cette collaboration avec ce prestigieux cabinet américain est de parvenir à la rédaction d’une nouvelle loi attractive, séduisante et suffisamment intéressante pour convaincre les majors pétroliers du monde à miser sur l’Algérie. Selon nos investigations, les consultants de ce cabinet américain devront rendre leurs conclusions d’ici la fin du mois de juin prochain.

Soulignons enfin que Curtis, Mallet-Prevost, Colt & Mosle LLP est un cabinet d’avocats international de premier plan qui offre à ses clients un large spectre de services. Le cabinet compte 17 bureaux répartis en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique Latine, au Moyen-Orient et en Asie Centrale et de l’Est. La forte culture internationale est une des valeurs fondatrices de la firme depuis bientôt 200 ans. Curtis, Mallet-Prevost, Colt & Mosle LLP dispose d’un bureau à Paris, créé en 1973. Ce conseil conseille les clients du cabinet en matière de contentieux et d’arbitrage international, investissements internationaux, fusions et acquisitions, capital investissement, et fiscalité. Ce bureau connaît très bien l’Algérie et ses complexités.