Stupeur et étonnement au sein de l’une des plus grosses entreprises de l’Algérie. L’Etablissement National de la Navigation Aérienne (ENNA) a pour mission d’assurer le service public de la sécurité de la navigation aérienne dans l’espace aérien algérien. C’est une entreprise qui fait rentrer énormément de devises aux caisses de l’Etat algérien grâce aux taxes payées par les compagnies étrangères empruntant le ciel algérien. 

Il s’avère que Monsieur Abderrahmane Khelifi, le secrétaire général du bureau syndical de l’entreprise affilié à la centrale syndicale l’UGTA, a été condamné en première et deuxième instance à 6 mois de prison ferme pour usage abusif de fonds publics et abus d’autorité. Algeriepart a obtenu des documents exclusifs démontrant que ce haut responsable syndical a été effectivement condamné le 17 février 2014 par le tribunal pénal d’Hussein Dey à 6 mois de prison ferme et 300.000 DA d’amende.

La Cour d’Alger a confirmé ce jugement en deuxième instance le 26/06/2014, confirment les documents en notre possession.

Abderrahmane Khelifi a été jugé coupable d’avoir utilisé des deniers publics à travers des procédés qui sont illégaux et contraires à la loi ou à la réglementation. D’après le dossier judiciaire que nous avons pu déterrer, ce cadre dirigeant de l’UGTA a été reconnu coupable d’avoir permis à 7 personnes entièrement étrangères à son entreprise, l’ENNA, de bénéficier d’une prise en charge financière pour accomplir la Omra. Ces dépenses interdites ont été puisées du fonds des oeuvres sociales appartenant aux travailleurs de l’ENNA. Et c’est avec cet argent que le SG du bureau syndical de l’entreprise de l’UGTA a également offert un séjour dans une colonie de vacance située à Tipaza au profit de 13 enfants de dirigeants influents du ministère des Transports.

Abderrahmane Khelifi a autorisé aussi le paiement d’une facture de plus de 80 millions de centimes concernant les vacances familiales de l’ancien PDG de l’Entreprise nationale de navigation aérienne (Enna), Benchabane Hocine comme nous l’avions révélé auparavant.

Ce PDG s’était offert des vacances au profit de sa famille en profitant de l’argent des oeuvres sociales des travailleurs ordinaires de l’ENNA…

Toutes ces pratiques sombres, immorales et mafieuses ont été orchestrées avec l’approbation et la complicité du S.G du bureau syndical de l’entreprise affilié à la centrale syndicale l’UGTA d’Abdelmadjid Sidi-Saïd.

En dépit de son implication clairement prouvée dans ce scandale de dilapidation des deniers publics d’une importante et stratégique entreprise de l’Etat, Abderrahmane Khelifi s’est représenté une nouvelle fois aux élections de la Conférence de renouvellement du Syndicat d’Entreprise qui se sont déroulées le 15 mars dernier. Des élections à l’issue desquelles le sieur Abderrahmane Khelifi s’est vu reconduire dans ses fonctions de secrétaire général alors que la réglementation impose de surseoir à la candidature d’une personne condamnée par la justice…

Ni Abderrahmane Khelifi ni les responsables de l’UGTA ou de la direction générale de l’ENNA n’ont pris le soin de respecter cette obligatoire morale et réglementaire. Il aurait été plus judicieux de suspendre Abderrahmane Khelifi en attendant que la Cour Suprême statue définitivement sur son affaire.

Nous avons appris enfin au cours de nos investigations que ce même haut responsable syndical, condamné par la justice, est également candidat, comble de l’ironie, le 18 avril prochain aux élections du comité de participation de l’Etablissement National de la Navigation Aérienne (ENNA). Il faut savoir que le comité de participation est l’organe co-gestionnaire de toute l’entreprise dont la responsabilité incombe au Directeur Générale de l’ENNA, Safir Youcef. Cet organe dispose de plusieurs pouvoirs décisions comme la gestion des œuvres sociales de toute l’entreprise. Des pouvoirs qui peuvent déterminer, ou compromettre, l’avenir de cette grosse entreprise étatique.