C’est un projet très ambitieux que l’Algérie voulait réaliser : installer à Alger un Parc Disneyland, le premier du genre dans toute l’Afrique. 

Début décembre 2017, le Président-Directeur Général de la la société d’investissement hôtelière (SIH) s’est déplacé à Paris pour rencontrer des responsables de Disneyland Paris, a appris Algeriepart au cours de ses investigations. Avec 12 millions de visiteurs, Disneyland Paris est considéré comme le plus grand parc d’attractions européen. Hamid Melzi, qui occupe également les fonctions de directeur de la Résidence d’Etat de Club-des-Pins, s’est entretenu avec des responsables de l’Euro Disney SCA.

Il s’agit de la société qui exploite au travers de ses filiales le complexe de loisirs Disneyland Paris et ses dépendances. Selon nos investigations, l’exploitant du célèbre Disneyland Paris a manifesté son vif intérêt pour l’Algérie. L’idée de bâtir le premier Disneyland en Afrique à partir d’Alger a séduit fortement les français. Or, malheureusement, l’Algérie n’a pas pu satisfaire les exigences techniques du cahier des charges établi par l’Euro Disney SCA.

Il faut, en effet, au moins une superficie de 1500 hectares pour bâtir un parc d’attractions conforme aux normes de Disneyland. Il n’y a aucune assiette foncière de cette taille à Alger et le Parc zoologique et des loisirs de Ben-Aknoun s’étend uniquement sur 309 hectares.

Pour porter le nom bien Disney et utiliser les représentations des personnages de Disney, il fallait également satisfaire d’autres exigences que la SIH, le nouveau exploitant du parc de Ben-Aknou, ne peut pas négocier.

L’opérateur algérien a décidé finalement d’abandonner la piste de Disneyland estimant qu’il est nettement plus préférable de bâtir un nouveau parc hyper-moderne à Ben-Aknoun en collaborant avec d’autres opérateurs européens. Algeriepart reviendra sur ce dossier avec de nouvelles révélations dans ses prochaines publications.