Comme nous l’indiquions dans un récent article, le gouvernement ne renonce pas totalement à l’exploitation du gaz de schiste. Et le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, affirme que cela prendre quelques années comme il a été révélé par nos soins. 
Intervenant en marge d’une conférence tenue à Alger, le ministre de l’Energie a, en effet, confirmé que le projet de l’exploitation du gaz de schiste est « toujours à l’étude en Algérie ».
L’exploitation de cette richesse n’est « pas à l’ordre de jour actuellement ». L’exploitation du gaz de schiste « prendre entre 5 et 10 ans », a-t-il encore ajouté. Il a ainsi emboîté le pas au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a affirmé en décembre dernier que les autorités algériennes n’ont jamais renoncé à l’exploitation du gaz de schiste.
Les autorités veulent ainsi se donner du temps et attendre une éventuelle évolution de la technologie. Mais comme l’a affirmé AlgeriePart, les autorités vont certainement commencer à produire le gaz de schiste dès 2022, mais dans les régions inhabitées. Histoire d’éviter des soulèvements des populations locales comme cela était le cas en 2015 à In Salah.