Au moment où l’Etat algérien subit de plein fouet les conséquences d’une très sévère crise financière, les dirigeants algériens s’offrent toujours le luxe d’entretenir un train de vie princier. 

Preuve en est, Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la Nation depuis 2002, loge depuis hier le vendredi 23 mars au prestigieux Richemont, un des Palaces les plus réputés et prisés de Genève, la célèbre ville suisse qui offre des vues exceptionnelles sur le majestueux Mont-Blanc. Genève abrite le siège de l’Office des Nations Unies, de la Croix-Rouge. et elle incarne un son centre mondial de la diplomatie et du secteur bancaire.

Ce n’est pas les hôtels qui manquent à Genève. Mais le Président du sénat algérien a été hébergé dans l’un des hôtels suisses les plus chers et inaccessibles. Au Richemont, le prix d’une simple suite débute à partir de 1500 francs suisses. Selon nos investigations, c’est la Mission permanente d’Algérie auprès de l’Office des Nations unies à Genève qui a pris en charge les frais du séjour luxueux de la délégation algérienne conduite par Abdelkader Bensalah. A Genève, la délégation algérienne, composée de plusieurs députés et sénateurs, aux travaux de la 138 ème assemblée de l’union Interparlementaire (UIP) qui porte sur la protection des réfugiés et des migrants.

Les participants algériens resteront à Genève jusqu’au 29 mars prochain. Ils sont hébergés dans le très fastueux Richemont aux frais de la princesse. Un budget de 120 mille francs suisses aurait été débloqué depuis Alger pour financer cette participation. Un séjour financé avec de l’argent public en pleine disette financière alors que des économies auraient pu être réalisées si les députés et sénateurs algériens avaient été logés dans un hôtel beaucoup moins cher et somptueux.