Ces dernières semaines, de nombreux algériens ont constaté une étrange conduite observée par plusieurs administrations publiques : les documents ou lettres des citoyens ne font plus l’objet d’un accusé de réception.

En effet, au niveau de plusieurs bureaux du ministère de l’Intérieur comme au niveau de divers et multiples services des wilayas ou daïras, les lettres ou documents déposés par les Algériens ne sont plus accusés de réception. Et lorsque nos compatriotes protestent ou tempêtent, les fonctionnaires des administrations leur expliquent qu’une nouvelle instruction leur a été parvenue pour leur ordonner de ne plus délivrer l’accusé de réception aux simples et mortels concitoyens.

Et pourtant, l’accusé de réception figure dans de nombreux articles du code de procédures civiles et administratives en Algérie. Les demandes adressées par lettre recommandée  avec accusé de réception ou par voie d’huissier sont une pratique largement répandue en Algérie depuis de très longues années. En toute logique, toute demande adressée à l’administration fait l’objet d’un accusé de réception.

A la surprise générale, des Algériens découvrent que l’accusé de réception n’est plus en vigueur à la suite d’une simple et étrange instruction sur laquelle on ne sait toujours rien. Nous avons tenté de joindre les responsables du ministère de l’Intérieur pour obtenir des éclaircissements à propos de ce problème qui suscite une énorme incompréhension au sein de la population. En vain. Personne n’a voulu répondre à nos sollicitations.