Au moment où le Premier-ministre, Ahmed Ouyahia, se retrouve à Kigali au Rwanda pour participer au sommet extraordinaire de l’Union africaine, les rumeurs les plus folles ont couru sur un probable remaniement ministériel. 

Un remaniement radical qui donne lieu à un limogeage massif de plusieurs ministres actuels du gouvernement. Sur les réseaux sociaux, une liste excentrique d’un nouveau gouvernement a circulé massivement suscitant ainsi une énorme polémique sur un énième conflit entre les divers centres de décision composant le régime algérien. Cette liste confectionnée par une main étrangère et méconnue a prédit un destin très sombre pour Ahmed Ouyahia.

Ce dernier serait « limogeable » à en croire ces news propagés à la vitesse grand V. Il serait remplacé par Tayeb Louh, l’actuel ministre de la Justice, l’un des hauts responsables les plus appréciés par le Palais Présidentiel en dépit de quelques différends avec certains conseillers d’Abdelaziz Bouteflika. Tayeb Louh Premier-ministre à la tête d’un gouvernement totalement remanié : Benghabrit poussé à la sortie, Houda Feraoun qui quitte le ministère des TIC et de la Poste, Nourredine Bedoui qui devient Chef de cabinet à la Présidence de la République, bref ce futur-nouveau gouvernement parait tellement fantaisiste qu’il suscite l’étonnement.

Un étonnement qui n’a pas manqué de susciter un énorme buzz sur les réseaux sociaux. Certains Algériens ont cru réellement qu’il s’agit-là d’une véritable décision réfléchie officiellement adoptée par le Palais d’El-Mouradia. Or, il s’agit encore et toujours que de rumeurs infondées. En tout cas aucune source officielle ou officieuse n’a voulu confirmer ces informations.

Algeriepart a contacté plusieurs sources proches de l’entourage d’Ahmed Ouyahia. Ces dernières jurent que le Premier-ministre est parti sereinement en voyage à Kigali au Rwanda. « Il n’y a aucun problème entre le Président Bouteflika et Ahmed Ouyahia. Le Premier-ministre voue une totale fidélité au Président Bouteflika et fait de son mieux pour ne pas le décevoir », assure l’entourage d’Ouyahia.

« Oui, il est vrai que Tayeb Louh est très apprécié par le Président. Mais ce dernier pourra-t-il s’aventurer à placer un homme du FLN à la tête du gouvernement alors que le parti d’Ould Abbès est déchiré par les crises internes ? Non, je ne crois pas que le Chef de l’Etat soit inconscient pour prendre ce risque à une année des élections présidentielles », analyse un ancien haut responsable qui garde encore un lien très étroit avec l’entourage présidentiel.

Limoger Ahmed Ouyahia revient à affaiblir dangereusement le RND dans un contexte politique marqué effectivement par de fortes tensions au sein du FLN. Quelles sont donc les forces politiques sur lesquelles pourra s’appuyer Abdelaziz Bouteflika pour entamer sa campagne pour le 5e mandat ? Le MPA de Benyounès ou le TAJ d’Amar Ghoul ? Non, loin s’en faut. C’est pour toutes ces raisons que le départ d’Ouyahia est considéré par les « gens du sérail » comme une option peu probable, pour ne pas dire inimaginable ces jours-ci. Sauf rebondissement majeur, Bouteflika devra maintenir Ahmed Ouyahia tout en apportant des retouches au gouvernement. Des retouches que le leader du RND ne cesse de réclamer depuis le début de cette année 2018, a-t-on appris de plusieurs sources sûres.

Le chef de l’Etat va-t-il lui exaucer ces vœux ? La est toute la question. Quoi qu’il en soit, plusieurs sources bien informées nous certifient que même la Présidence est mécontente du bilan de plusieurs ministres. Mais de là à imaginer un changement aussi radical et profond, il y a immense fossé que seuls les spéculateurs peuvent franchir.