Pour désengorger la circulation routière dans la ville d’Alger, les autorités veulent installer des feux tricolores dans divers carrefours de la capitale. L’opération, évoquée depuis des années, a symboliquement démarré.

Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, qui conduit depuis des années un projet visant à faire d’Alger une grande métropole d’ici 2030, a annoncé mardi le lancement de l’installation de plus de 4000 feux tricolores à Alger. L’objectif affiché est celui de réguler la circulation, donc de réduire les bouchons et l’anarchie constatée sur nos routes. “Nous allons installer, graduellement, ces feux tricolores jusqu’à ce que la capitale soit bien couverte”, a déclaré Abdelkader Zoukh dans une déclaration à la presse.

En plus des feux tricolores, les autorités de la wilaya d’Alger sont en train de mettre en place une série d’autres mesures visant à réduire les déboires occasionnés par la circulation routière. A commencer par la construction d’une dizaine de parkings qui ceinturent la ville. Le but étant d’encourager les automobilistes à laisser leurs voitures aux portes de la ville et de continuer leur chemin dans les transports en commun. C’est dans ce but que des parkings sont érigés autour des stations du métro. C’est le cas du terminus de Ain-Naâdja et de la cité Hai-El-Badr.

Il reste maintenant à savoir comment est-ce que les citoyens qui laissent leurs voitures dans les parkings de Bir-Mourad Raïs, Ben-Aknoun ou Saïd-Hamdine vont rejoindre le centre-ville, en l’absence de moyens de transport confortables.

Saïd Sadia