Ali Haddad est un homme « chanceux ». Pendant que la majorité des entreprises algériennes activant dans le bâtiment et les travaux publics piétinent à cause de la crise financière que traverse le pays, le groupe du président du FCE rafle de nouveaux projets.

Ainsi, l’Etat vient d’attribuer au groupe ETRH la réalisation du projet de construction d’un barrage hydraulique situé à Sidi-Khelifa, dans la commune d’Azeffoun (Tizi-Ouzou), région d’origine de l’homme d’affaires qui a obtenu, avec les frères Kouninef, le gros des marchés
publics dans le secteur hydraulique ces 15 dernières années.

Le groupe Haddad a obtenu la réalisation de ce barrage pour un montant
de 8,4 milliards de dinars, soit près de 80 millions d’euros. Ce projet s’ajoute donc aux dizaines autres projets que réalise ce groupement dans plusieurs régions du pays. La majeure partie de l’activité de l’ETRHB relève des commandes publiques. Mais depuis le début de la crise, les frères Haddad ont investi dans de nouveaux créneaux. Ils se lancent dans la fabrication de matériel médical, la cimenterie, l’acier et l’agriculture.

Saïd Sadia