Alors que le chantier n’est pas encore achevé, la Grande Mosquée d’Alger risque encore d’engloutir de nouveaux espaces. Ainsi, les autorités, gourmandes, ont décidé d’exproprier tout ce qui entoure l’édifice religieux. L’objectif officiel étant d’établir des espaces verts autour de la mosquée.

Faisant fi de la polémique suscitée par les fonds engloutis par le chantier de la Grande mosquée d’Alger, les responsables du ministère des Travaux Publics, ceux de l’Habitat et de la wilaya d’Alger ont annoncé, à l’unisson, l’expropriation des propriétés situées aux alentours de la mosquée d’Alger. « Sur instruction du président de la République, nous avons décidé d’exproprier les propriétés,  publiques ou privées, situées autour de la mosquée pour en faire des espaces verts », a indiqué le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh à la télévision publique l’ENTV. D’autres hauts responsables ont également indiqué que la Grande mosquée sera desservie par plusieurs voies.

Ces nouvelles expropriations vont certainement engendrer des coûts supplémentaires pour le budget de l’Etat. En cette période de crise financière, l’Algérie peut-elle se permettre autant de lubies ?

Saïd Sadia