Pour construire de nouvelles zones industrielles, le gouvernement va recourir aux terres agricoles. Lors du Conseil des ministres, tenu mercredi à Alger, l’Etat a donné des dérogations pour l’affectation de terres agricoles à la construction de 11 nouvelles zones industrielles.

Ainsi, selon le communiqué du Conseil des ministres, ces nouvelles zones se situent respectivement à Didouche Mourad (Constantine), M’Daourouch (Souk Ahras), Ouled Gacem et Ain M’lila (Oum El Bouaghi), Boukadir (chlef), Tizi Ghenif et Dra El Mizane (Tizi-Ouzou), Dirah (Bouira), El Aricha (Tlemçen), El Hassaine (Mostaganem) et Bethioua (Oran).

Le choix des terres agricoles est justifié par le fait que ces assiettes ne « sont pas exploitées ». Ces terres domaniales sont de “très faibles productivité agricole, et d’ailleurs, souvent inexploitées”, indique le document de la présidence de la République. Ces zones industrielles font partie d’un ensemble de cinquante nouvelles zones industrielles à réaliser, afin de « disséminer l’investissement dans toutes les contrées du pays, et de répondre à la demande des investisseurs en fonciers », a ajouté le document.

Le gouvernement a prévu, dans son plan d’action, la réalisation d’une cinquantaine de nouvelles zones industrielles pour relancer l’activité économique.

Said Sadia