Pour construire de nouvelles zones industrielles, le gouvernement va recourir aux terres agricoles. Lors du Conseil des ministres, tenu mercredi à Alger, l’Etat a donné des dérogations pour l’affectation de terres agricoles à la construction de 11 nouvelles zones industrielles.

Ainsi, selon le communiqué du Conseil des ministres, ces nouvelles zones se situent respectivement à Didouche Mourad (Constantine), M’Daourouch (Souk Ahras), Ouled Gacem et Ain M’lila (Oum El Bouaghi), Boukadir (chlef), Tizi Ghenif et Dra El Mizane (Tizi-Ouzou), Dirah (Bouira), El Aricha (Tlemçen), El Hassaine (Mostaganem) et Bethioua (Oran).

Le choix des terres agricoles est justifié par le fait que ces assiettes ne « sont pas exploitées ». Ces terres domaniales sont de « très faibles productivité agricole, et d’ailleurs, souvent inexploitées », indique le document de la présidence de la République. Ces zones industrielles font partie d’un ensemble de cinquante nouvelles zones industrielles à réaliser, afin de « disséminer l’investissement dans toutes les contrées du pays, et de répondre à la demande des investisseurs en fonciers », a ajouté le document.

Le gouvernement a prévu, dans son plan d’action, la réalisation d’une cinquantaine de nouvelles zones industrielles pour relancer l’activité économique.

Said Sadia