Pour couper le terrorisme de son inspiration idéologique, Abdelaziz Bouteflika propose de couper le cordon ombilical qui lie les terrorisme à leur plate-forme idéologique.

“Nul doute que le premier pas pour éradiquer le terrorisme consiste à infirmer ses références intellectuelles et à le priver de son environnement social et ses réseaux d’information et de communication à travers un effort    intensif sur le plan éducatif, culturel, d’information et d’orientation    religieuse de sorte à neutraliser l’extrémisme et sauver notre jeunesse de sa mystification fatale”, a précisé Abdelaziz Bouteflika dans son message, lu en son nom par le ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Noureddine Bedoui à l’occasion de la 35ème Session du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur qui se tient depuis aujourd’hui mercredi à Alger.

Il a également demandé de revoir la lecture de la religion en renouvelant le regard qu’on porte sur l’Islam. « Nous devons appeler les Oulémas, autorités religieuses et centres de recherches académiques à úuvrer à la rénovation du discours religieux et sa   purification des errements, libérer la fetwa des mains des pseudo fouqaha, et protéger l’Islam contre ceux qui veulent l’instrumentaliser. L’action doit commencer au niveau intérieur, tout en agissant en direction de l’Autre qui a stigmatisé notre religion en l’accusant de fanatisme, d’extremisme et de terrorisme, alors que tout cela n’est que pure   affabulation qu’il nous revient de rectifier et corriger », écrit le chef de l’Etat qui précise que « imputer le terrorisme à l’Islam est une injustice et un abus inacceptables. L’Islam est innocent de tout lien avec le terrorisme. Le terrorisme n’a ni religion, ni patrie, ni frontières ».

Par ailleurs, le chef de l’Etat pense que la toile constitue un lit aux extrémistes. « La situation s’est compliquée avec les différentes connexions survenues entre le terrorisme et les formes de criminalité transnationale, phénomène qui a gagné en étendue et en dangerosité par le recours massif aux moyens technologiques modernes pour commettre des crimes abjects, propager ses idées extrémistes et erronées, mystifier notre jeunesse et attirer de    nouvelles recrues dans les zones de conflit et de tension », a-t-il précisé.

Saïd Sadia